Un théâtre socratique ? Essai d'interprétation de la figure de Socrate dans le théâtre occidental moderne. Des sources au mythe

par Magalie Journot

Thèse de doctorat en Littératures française et francophone

Sous la direction de France Marchal-Ninosque et de Arnaud Macé.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de Ecole doctorale Langages, Espaces, Temps, Sociétés (Besançon ; 1991-2016) et de Université de Franche-Comté (établissement de préparation) depuis le 01-10-2009 .


  • Résumé

    Sûrement parce qu'il n'a rien écrit, Socrate a fait couler beaucoup d'encre. Dès après sa mort en 399 avant J.-C., mort ressentie comme une injustice tragique actant la naissance de la philosophie, ses disciples écrivirent des dialogues pour continuer à le faire vivre. Le genre appelé "dialogues socratiques" fut si florissant qu'il fit entrer la figure dans le monde des mythes littéraires et philosophiques. C'est dans la modernité néanmoins que semble s'épanouir pleinement le mythe de Socrate, saint laïc, concurrent du Christ, héraut d'une morale appelée à se passer de Dieu et de ses ministres, incarnant les idées de justice et de liberté jusqu'au sacrifice. Le théâtre est un des lieux privilégiés, sinon le lieu rêvé, réputé idéal autant que difficile, où s'exprime ce mythe. Héritières des dialogues socratiques qui constituent souvent leur principale source de connaissance au sujet de Socrate, les pièces de théâtre, dont une centaine est ici étudiée, expérimentent, au fil de l'évolution des genres, les différentes façons de mettre en scène la philosophie jusqu'à tenter de retrouver l'inspiration socratique qui fait du dialogue avec Socrate une invitation à accoucher soi-même.


  • Résumé

    Surely because he wrote nothing, Socrates is much written about. Immediately after his death in 399 B.C., a death felt as a tragic injustice, his pupils wrote dialogues to keep him alive. The so called "Socratic dialogues" were so flourishing that it makes Socrates go down in the world of litterary and philosophical muths. Modernity is however the time in which blossomed the lyths of Socrates, a secular saint, rival of Christ, herald of a morality called to do without God and priests, embodying the ideas of justice and freedom to the sacrifice. Theater is one of the favourite places, if no the perfect but difficult place where this myth is expressed. Heir of the socratic dialogues, the plays try out to philosophize on stage till finding the socratic inspiration which, trough the art of dialogue, invites each one to find himself.