La peau sur les eaux. Transmission de savoir-faire, mémoires familiales et dynamiques territoriales en Grande Brenne

par Karen Julien

Thèse de doctorat en Anthopologie

Sous la direction de Francis Dupuy.

Thèses en préparation à Poitiers , dans le cadre de Sociétés et organisations Ed 526 depuis le 01-11-2005 .


  • Résumé

    La Grande Brenne (Indre) compte plus de 2 200 étangs organisés en chaînes et répartis sur environ 80 000 hectrares. Ces étangs se trouvent généralement blotis au coeur de vastes domaines où propriétaires, gardes et villageois s'adonnent aux activités piscicoles et cynégétiques. L'eau est partout en Grande Brenne, et c'est donc autour d'un réseau hydrographique complexe que la société brennouse s'organise, se cherche, se structure. Et ce sont bien les familles ancrées sur ce territoire depuis des générations, qui ont connu, et connaissent encore aujourd'hui, le privilège de la maîtrise de l'eau. Maîtrise de l'eau qui engendre la maîtrise du territoire ainsi que différentes formes de domination sociale et symbolique. En Grande Brenne, l'eau constitue donc un enjeu écologique, économique, mais aussi et surtout social et symbolique. En effet, la gestion agricole, piscicole et cynégétique du territoire est prise en charge par les grands propriétaires et leurs réseaux sur un mode familial et intimiste quant aux représentations de la "nature". Des représentations qui sont aujourd'hui concurrencées par le regard identitaire fondé sur le discours patrimonial des élus locaux, ainsi que par le regard environnementaliste porté par ceux que l'on appelle ici "les écolos". Autant d'"idéologie spatiales" qui s'affrontent au sein de la société brennouse.


  • Pas de résumé disponible.