Modéliser et simuler les pratiques spatiales et les formes urbaines pour étudier les impacts énergétiques et environnementaux des mobilités quotidiennes : vers une approche prospective de la ville durable.

par Mehdi Iraqi

Projet de thèse en Géographie

Sous la direction de Pierre Frankhauser.

Thèses en préparation à Besançon , dans le cadre de ED 38 - Langage, espace, temps, société depuis le 01-10-2010 .


  • Résumé

    L'objectif de ce travail de thèse est d'explorer explicitement le lien entre différents types de programme d'activités des résidents et la structure particulière du modèle spatial choisi, ainsi que d'évaluer leurs impacts en matière de déplacements. dans le projet de thèse il est prévu de recourir à une modélisation probabiliste du choix qui paraît plus adaptée à la réalité du comportement en s'appuyant sur une modélisation du type multinomial logit. ce type d'approche considère une logique séquentielle du processus de choix, où, à chaque étape, des probabilités de choix sont affectées aux alternatives. l'individu élimine alors progressivement les alternatives en fonction de ses préférences. ces alternatives peuvent porter sur différentes aménités fréquentées (services, commerces, aménités vertes…), mais aussi inclure les moyens de transport choisis pour accéder à ces aménités. ainsi différents types de mode de déplacements peuvent être mise en compétition, dont on peut estimer leur impact environnemental. chacun des modèles-types des tissus urbains génère sa propre morphologie de réseau de transport. un élément crucial du travail est l'intégration de ces caractéristiques des réseaux dans les modèles économétriques.


  • Pas de résumé disponible.