Envoi des fonds et pauvreté, le cas des Comores

par Younoussa Imani

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jean-Pierre Lachaud.

Thèses en préparation à Bordeaux 4 , dans le cadre de Ecole doctorale entreprise, économie, société (Bordeaux) depuis le 17-01-2007 .


  • Résumé

    L'économie de l'union des comores est un économie fortement tributaire des transferts intérieurs et extérieurs. les revenus des comoriens ''hors rémunération du travail'' et provenant des structure sociales font vivre beaucoup de ménages ; on retrouve paradoxalement des ménages dont les membres sont tous sans emplois, et cependant, disposent des ressources et revenus parfois au dessus de certains salariés. l'appartenance aux réseaux sociaux (associations de crédits, structures socio traditionnelles, famille vivant à l'extérieur) est souvent source de revenus supplémentaires. les transferts externes reçus, inhérents aux envois de fonds en provenance d'europe et d'îles voisines, sont estimés à près de 70 dollars u.s par tête et environ 16% du pib. les transferts internes occasionnés par l'appartenance à des groupes sociaux de type ''grand mariage et funérailles'', ''associations de développement'', ''religieux'' sont d'autant plus importants que parfois, il est assez trompeur de mener une étude sur les revenus des comoriens en se basant uniquement sur le ''revenu du travail''. dans son étude sur ''pauvreté, inégalité et marché du travail aux comores'' de 2004, le professeur lachaud a mis en évidence que l'incidence de pauvreté est beaucoup plus forte chez les ménages dont le 'chef' est un 'pêcheur au micro entrepreneur' que chez les ménages dont le 'chef' est un 'chômeur ou un inactif'. autrement dit, les 'chômeurs et les inactifs' disposent des revenus résiduels (autres que ceux du travail) qui sont plus importants que les revenus du travail des 'pêcheurs et des micro entrepreneurs'. la question est de savoir quel rôle joue le capital social aux comores, sous toutes ses formes, dans la détermination et le dynamique de la pauvreté.


  • Pas de résumé disponible.