La curiosite materialiste au debut de l'epoque moderne une culture populaire et revolutionnaire.

par Michel Hugues

Projet de thèse en Histoire des sciences et des techniques

Sous la direction de Christian Jacob.

Thèses en préparation à Paris, EHESS depuis le 13-12-2010 .


  • Résumé

    Nous souhaitons poursuivre dans la voie de notre recherche de master, 'facteurs contextuels des savoirs scientifiques et techniques aux 16ème et 17ème siècle', en nous intéressant d'une part aux manifestations de la mentalité de curiosité, mise en relief dans cette recherche, dans les couches sociales véritablement 'populaires', d'autre part aux objets de cette curiosité dans toute leur diversité. nous comptons démontrer que cette curiosité populaire a joué son rôle dans le développement de l'ensemble des savoirs scientifiques et techniques au début de l'epoque moderne (16ème et 17ème siècles) et que sa nature même était 'révolutionnaire', c'est-à-dire porteuse d'un changement des mentalités, profond et large à la fois, essentiel pour l'émergence sociale de la 'nouvelle science'. définissant la curiosité comme un désir de connaissance, nous comptons nous intéresser : d'une part, à la curiosité 'naturelle', une attitude interrogative dirigée vers les choses, les êtres et les processus ou phénomènes de la nature, soit du fait de leur nouveauté, de leur rareté ou de leur originalité, soit du fait de l'importance qu'ils ont dans la vie de l'être humain ; d'autre part, à la 'curiosité artificielle', une attitude interrogative dirigée vers des choses, des processus ou phénomènes, dotés de rareté ou d'originalité ou fortement impliquants pour l'être humain, et dont la production est humaine. la curiosité pour le réel et plus particulièrement la curiosité matérialiste, peut être une simple aspiration à éprouver l'existence de son objet par les sens, soit passivement (par l'observation), soit activement (par l'expérimentation). elle peut être une aspiration à une explication de son existence (choses et êtres) ou de son cursus (processus et phénomènes). notre recherche s'intéressera donc à la curiosité 'matérialiste', englobant curiosité naturelle et la curiosité artificielle. elle empruntera deux approches complémentaires : une étude des écrits concernés par la curiosité matérialiste ; une étude de l'environnement social de leur production, leur diffusion et leur consommation.


  • Pas de résumé disponible.