Contribution à la compréhension du processus suicidaire dit subjectivement lié au travail

par Pauline Vigier (Hanique)

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Daniel Beaune.

Thèses en préparation à Paris 7 , dans le cadre de Recherches en Psychanalyse depuis le 07-03-2011 .


  • Résumé

    En france, aujourd'hui, la presse quotidienne estime près de 300 à 400 salariés qui se suicideraient sur leur lieu de travail chaque année (lauer, 2007). dejours (2005) dénonce encore le manque d'explication convaincante, et donc inquiétant, pour les cas de suicide au travail, véritable révélateur du mal-être social. en effet, la littérature sur ce sujet porte majoritairement sur l'analyse du travail et de son organisation et moins sur la clinique du sujet souffrant qui sera mise au centre de notre recherche. c'est au titre de notre expérience de psychologue clinicien que nous sommes allés à la rencontre de patients qui ont traversé une partie du processus suicidaire (fortes idées suicidaires, planification du suicide, tentative de suicide) et dont ils imputent subjectivement la cause à leur travail. en légitimant le pouvoir de la parole, nous tentons de comprendre, à travers leur discours, de quelle manière le passage à l'acte suicidaire est-il à relier au contexte ou aux conditions de travail. dans le cadre de suivis psychologiques et longitudinal de 19 patients venant de catégories socioprofessionnelles diverses, nous avons réalisé des entretiens non-directifs d'environ 45 minutes, dans le cadre de suivis psychologiques d'une durée d'un an à trois ans. des prises de notes ont été effectuées durant les rencontres ainsi qu'une retranscription immédiate dans l'après-coup. nous utilisons l'analyse qualitative des travaux de giorgi (1988) en psychologie phénoménologique qui consiste à plusieurs relectures et au regroupement, en unités de sens, des thèmes principaux évoqués durant les entretiens dans l'objectif de relever les essences (invariants). nous avons pu identifier trois sphères indissociables: personnelle, professionnelle et sociale. nous cherchons, à travers notre étude, à identifier la sphère qui fragilise le plus l'individu de celle qui déclenche la tentative de suicide. face aux nouvelles organisations de travail, les conditions, le type de management et les relations interpersonnelles dans le collectif émettent bien souvent une détresse psychique chez le travailleur. ils touchent le sentiment identitaire du sujet, notamment dans le cas d'un fort engagement dans le travail, amenant à un besoin de reconnaissance inassouvi, à un sentiment de non-appartenance au collectif et peut réveiller une faille narcissique déjà présente depuis l'enfance. si celle-ci n'a pas pu être élaborée, cette souffrance peut amener jusqu'à des conduites suicidaires. le travail faisant rejouer à l'individu, sur la scène du faire, la difficile construction de l'estime de soi, ses enjeux et ses impasses (huez, 2003). quand les conflits mal vécus au travail résonnent avec des soucis dans l'histoire subjective, ils peuvent alors devenir des décompensations personnelles (clot, 2002). le travail est rapporté par l'individu comme étant la « goutte d'eau » les amenant à tenter de se suicider, traduisant l'impasse psychique, la sphère personnelle ayant déjà été précédemment effondrée. la sphère sociale agit comme pression sur les autres sphères (personnelle et professionnelle) avec l'idée que les conditions sociétales ne permettent plus le rêve, du fait du système économique actuel (hausse du prix du pétrole, baisse du pouvoir d'achat etc. ), elles peuvent, par conséquent, engendrer une véritable angoisse sociale fragilisant l'individu. notre recherche met, de plus, en exergue que les pratiques de harcèlement moral au travail suffisent à déstabiliser l'individu sans qu'aucune autre sphère n'ait été préalablement touchée, et que la planification ou le mode de passage à l'acte est également plus violent, en fonction du sentiment d'injustice ressenti. notre recherche apporte un regard essentiellement clinique, mais souligne aussi l'intrication complexe entre les domaines économiques, sociales et psychologiques. il existe une réelle nécessité des actions de prévention dans ce domaine, et d'actualisation des formations des services de santé au travail à la prise en charge des troubles psychologiques.


  • Pas de résumé disponible.