L'estampe et les transferts artistiques : gravures françaises et copies allemandes (1650-1750).

par Flora Herbert

Projet de thèse en Histoire de l'art

Sous la direction de Marianne Grivel.

Thèses en préparation à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris) depuis le 24-09-2010 .


  • Résumé

    Cette thèse de doctorat se propose de réfléchir au phénomène de la copie en gravure à travers la production d'éditeurs-graveurs allemands de la seconde moitié du xviie siècle et de la première moitié du siècle suivant. parmi les principaux acteurs du monde de la gravure en allemagne à cette époque, certains, comme la famille des küsel à augsbourg, se sont largement investis dans la réalisation et l'édition de copies gravées. l'importance que prend chez eux la copie a probablement encouragé l'oubli dans lequel est tombée leur production, pourtant abondante et largement diffusée. parmi les modèles pris par ces graveurs, l'estampe française, du xviie siècle tient une place centrale. la façon dont ces modèles sont exploités et parfois détournés de leur sens d'origine, l'ambiguïté entre hommage et défi qui transparaît dans cette pratique de la copie, sont autant d'éléments qui peuvent permettre d'enrichir notre compréhension de cette période. par leur participation active à la reconfiguration d'un milieu artistique et culturel, ces estampes amènent à envisager la copie en gravure comme une forme d'appropriation d'un modèle étranger et un moyen d'interrelation entre les arts. dans cette thèse de doctorat, il s'agira d'attirer l'attention sur le processus de formation des images, leur circulation, leur transformation - d'un pays à un autre, mais aussi d'un medium à un autre.


  • Pas de résumé disponible.