Des paléographes aux archivistiques, l'Association des archivistes français au coeur des réseaux professionnels (1970-2010)

par Damien Hamard

Thèse de doctorat en Archivistique

Sous la direction de Patrice Marcilloux.

Thèses en préparation à Angers , dans le cadre de École doctorale Sociétés, Cultures, Echanges (SCE) (Angers) , en partenariat avec Centre de recherches historiques de l'Ouest (UMR CNRS 6258) (laboratoire) depuis le 10-11-2009 .


  • Résumé

    Depuis le début des années 1970, le système archivistique français doit s’adapter à d’importantes transformations juridiques et administratives, faire face à l’émergence de nouvelles demandes sociales tout en s’appropriant les mutations technologiques. Dans ce contexte, l’Association des archivistes français – principale association professionnelle du secteur – parvient, à la faveur d’un processus d’ouverture progressif, à être représentative de l’ensemble des acteurs tant publics que privés. Pour autant cette ouverture s’accompagne de résistances internes et s’effectue au prix d’une complexification de la structure associative. Sur la base d’un modèle associatif unitaire – défini et caractérisé dans ces travaux – l’association réussit, par ses publications, ses réalisations et ses formations, à alimenter la doctrine archivistique française en lien, puis en marge, du réseau institutionnel des archives, en limitant toutefois son apport à une forme d’archivistique appliquée. La réalisation d’un modèle de compétences caractérise bien l’activité de l’association et contribue à la positionner en prescripteur de critères de professionnalité. Tandis qu’elle s’attache à s’affranchir de la tutelle administrative, scientifique et technique de la direction des Archives de France, l’Association des archivistes français tente de peser dans les débats qui touchent la profession. Mais peu encline aux techniques de communication et d’influence, et risquant les limites de sa propre unité face à un ensemble de problématiques dichotomiques, l’association en vient à être dépassée par des communautés partenaires qui maîtrisent mieux qu’elle ces méthodes.

  • Titre traduit

    From paleographers to archivists, the Association of French Archivists at the heart of professional networks (1970-2010)


  • Résumé

    Since the early 1970s, the French archival system has had to adapt to significant legal and administrative changes, respond to the emergence of new social demands while integrating technological changes. In this context, the Association of French Archivists – the main professional association – succeeded, through a progressive opening-up process, in becoming representative of all actors in the fields, both public and private. Albeit, this opening faced internal resistance and was made at the cost of complexifying of the association structure. On the basis of a unitary associative model, as defined and characterized in this work, the association achieved, through its publications, its realisations and its training, strengthening French archival doctrine at first directly, then indirectly, the institutional network of archives, but limited in its contributions to applied archival form. The creation of a competency model characterizes the activity of the association and helped position it as the prescriber of professional standards. As it attempts to leave the administrative, scientific and technical oversight of the direction of Archives of France, the Association of French Archivists tries to weigh in on debates that affect the profession. With a weak mastery of communication techniques and influence, and risking its own unity against a set of dichotomous issues, the association can find itself outpaced by partner communities who master these methods better than it.