A l'aide des outils analytique, anthropologique et phénoménologique beethoven, ça rend sourd -ça fait sourdre - la preuve par le nom du père

par Béatrice Hoang

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Michelle Cadoret et de Jean-pierre Armengaud.

Thèses en préparation à Paris 7 depuis le 20-04-2010 .


  • Résumé

    Projet : beethoven son œuvre, sa musique, sa privation sensorielle - perception, l'oreille, l'oreille musicale. - surdité et détresse psychique. - musique. langage inarticulé, écriture, gestes. - beethoven chronologie musique et surdité. son œuvre au cours de sa vie anté-surdité, post-surdité. contexte socio-historique. tous les arts sont des langages, mais des langages non articulés où le préconscient et l'inconscient ne se manifestent qu'indirectement par opposition à ceux du discours verbal ou signé. les arts révèlent ce préconscient et inconscient, qui certes restent voilés, mais saillissent du corps/esprit, présent ou passé. les arts sont libellés pour suggérer, élaborer, exposer et transmettre des pensées et des sensations. tous les arts projettent un dessein conscient traversé de pulsions inconscientes. la musique est un langage sensé, sensoriel et sensuel. elle est assujettie à des contraintes d'écriture et de structure qui permettent l'analogie avec les phénomènes inconscients. c'est l'outil subtil des conversions et variations des maux de l'être et des mots de l'esprit. - l'objectif de l'art n'est pas le déclenchement d'une sécrétion momentanée d'adrénaline, mais la construction, sur la durée d'une vie, d'un état d'émerveillement et de sérénité - glenn gould pour beethoven, un phénomène de perlaboration est perceptible dans l'analyse de son écriture musicale. est-ce la musique qui transcende la souffrance ou la souffrance qui sublime la musique.


  • Pas de résumé disponible.