L'échec universitaire des enfants d'immigrés.

par Sabrina Hamache

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Stéphane Beaud.

Thèses en préparation à Paris, EHESS depuis le 03-10-2006 .


  • Résumé

    La démocratisation de l'enseignement a autorisé les enfants issus des classes populaires, sans héritage social, culturel et économique - notamment des enfants d'immigrés - d'accéder à l'enseignement supérieur. l'enquête ethnographique que j'ai effectuée dans le cadre du mémoire de ''master 2 recherches'' a permis d'éclairer la manière dont ces étudiants vivent la pression multiforme que fait peser sur eux leur famille en les faisant payer un ''impôt familial''. en effet, les enfants d'immigrés ont intériorisé l'obligation morale de concéder une partie de leurs revenus à leurs parents. cet impôt familial n'est jamais évoqué en ces termes dans l'enquête ethnographique. les étudiants ne ressentent pas le devoir moral qui pèse sur eux. une partie d'entre eux ignore même à combien s'élève le montant mensuel de cet impôt alors que parmi les quinze enquêtés entre 2005 et 2006, celui-ci s'est élevé jusqu'à 900 euros mensuel. le montant et la fréquence de l'impôt varie en fonction des revenus de l'étudiant et des besoins financiers des parents - et des cadets. cet ''impôt familial'' laisse place à une marge de manœuvre - somme toute relative - du côté des enfants et des parents. la négociation existe, surtout auprès des filles, qui acquièrent plus de liberté en cédant plus d'argent à leurs parents. afin d'effectuer cette recherche, une enquête ethnographique auprès d'un groupe d'amis est mise en place avec pour outils essentiels les entretiens, les récits de vie et l'observation.


  • Pas de résumé disponible.