L'eau et la mémoire du passé : mythologies, discours et représentations dans la littérature caribéenne anglophone

par Dominique Giboyau

Projet de thèse en Études anglophones

Sous la direction de Corinne Mencé-Caster.


  • Résumé

    L'omniprésence de l'eau est mise en lumière sous les approches biologique, hydrographique et psychologique, et sa transformation physique ne peut ne pas être sans incidence sur les croyances de l'homme, sur l'imaginaire du caribéen, et en particulier sur l'inspiration de l'écrivain. d'un élément réel, l'eau prend dans l'espace caribéen et américain une dimension mythique et religieuse qui s'intègre dans la culture, et l'auteur caribéen dispose, d'un vecteur riche et complexe qui lui permet de véhiculer son imaginaire, sa vision du monde, sa culture grâce au support littéraire. cette réflexion générale sur le rapport de l'homme à l'eau fait ressortir que l'homme est en contact permanent avec cet élément qui le hante jusque dans son imaginaire. ce lien est mis en évidence dans l'étude du roman palace of the peacock (1960) ainsi que dans d'autres romans anglophones et francophones tels que at the bottom of the river (1983), gouverneurs de la rosée (1986), pour ne citer que ceux-là. le questionnement autour de l'eau est multiple et permet d'élaborer une problématique complexe: quelle est l'intention de l'auteur qui utilise l'image de l'eau ? comment cet espace liquide pénètre-t-il dans l'imaginaire ? pourquoi l'eau est utilisée à un moment donné dans une œuvre donnée, et pourquoi pas un autre élément ? de quelle nature sont les rapports que les caribéens entretiennent avec la mer ?


  • Pas de résumé disponible.