La forme des interrogatives dans le Corpus suisse de SMS en français : étude multidimensionnelle

par Alexander Guryev

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Florence Lefeuvre et de Marie-José Béguelin.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité en cotutelle avec l'Université de Neuchâtel (Suisse) , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (Paris) , en partenariat avec Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (établissement de préparation) et de Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (laboratoire) depuis le 19-10-2010 .


  • Résumé

    La présente thèse s’inscrit dans le projet FNS Sinergia 136230 “SMS communication in Switzerland: Facets of Linguistic Variation in a Multilingual Country”. Ella a pour but d’étudier la variabilité formelle des questions dans le Corpus suisse de SMS en français, en montrant comment l’analyse des données en provenance des interactions informelles autres que l’oral spontané – telles que messagerie instantanée, SMS, WhatsApp, etc. – peut nous permettre d’élargir les horizons et de porter un nouveau regard sur les phénomènes de la variation syntaxique. En effet, le français est réputé pour la variété importante de structures interrogatives : trois variantes pour la question totale (Tu vas au cours ?, Vas-tu au cours ?, Est-ce que tu vas au cours ?), et au moins six ou huit pour la question partielle (Tu vas où ?, Où tu vas ?, Où vas-tu ?, Où va ton frère ?, Où est-ce que tu vas ?, Qui va au cours ?, Où c’est que tu vas ?, C’est où que tu vas ?). Cette thèse vise, en conséquence, à comprendre comment les scripteurs de messages sont amenés à choisir entre les différentes variantes à disposition. L’hypothèse que nous faisons dans cette thèse est fonctionnaliste : elle postule que sous la pression de différents types de contraintes, aussi bien linguistiques que non linguistiques, le scripteur choisit telle variante qui lui permet de parvenir au mieux à ses fins communicatives. Afin d’identifier les différents types de contraintes ou de facteurs susceptibles d’avoir une incidence sur le choix des variantes, nous appliquons un modèle d’analyse multidimensionnel qui s’intéresse simultanément aux paramètres grammaticaux, interactionnels et sociolinguistiques.

  • Titre traduit

    A corpus-driven study of French interrogative structures in Swiss SMS messages


  • Résumé

    This thesis is part of the project FNS Sinergia 136230 "SMS communication in Switzerland: Facets of Linguistic Variation in a Multilingual Country". The aim of the thesis is to provide analysis of the variety of French interrogative structures in the Swiss SMS Corpus. It also attempts to show how the data originating from spontaneous electronic interaction (instant messaging, texting, WhatsApp, etc.) allows us to broaden the scope and to take a new look at the phenomena of syntactic variation. The French language is known for the wide variety of interrogative structures: 3 variants for yes/no questions (Tu vas au cours ?, Vas-tu au cours ?, Est-ce que tu vas au cours ?), and at least six or eight variants for wh- questions (Tu vas où ?, Où tu vas ?, Où vas-tu ?, Où va ton frère ?, Où est-ce que tu vas ?, Qui va au cours ?, Où c’est que tu vas ?, C’est où que tu vas ?). Therefore, our goal is to understand how SMS writers make the choice between available French interrogative structures. The hypothesis of this study is functionalist: it postulates that under the pressure of various linguistic and non-linguistic constraints, the SMS writer chooses that variant which allows him to best achieve given communicative goals. In order to identify different types of constraints or factors that may influence the choice of variants, a multidimensional analysis model is applied which focuses simultaneously on grammatical, interactional and sociolinguistic parameters.