L'intercompréhension entre langues sinogrammiques : théories, représentations, enjeux et applications d'une didactique de la variation

par Yoann Goudin

Projet de thèse en Didactique

Sous la direction de Patrick Maurus.

Thèses en préparation à Paris, INALCO , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) depuis le 01-10-2010 .


  • Résumé

    Ce projet se propose de transposer la théorie, les expériences et les outils de l'intercompréhension entre langues voisines telle qu'elle se développe en europe depuis la fin des années 1980 dans le contexte des langues sinogrammiques. ces dernières désignent les langues qui ont été marquées par les sinogrammes au cours de leur histoire incluant : les langues sinitiques -- y compris le mandarin moderne mais également dans nos expériences des langues wu de wenzhou, qingtian et shanghai, le teochew, le taïwanais, le hakka et le cantonais -- ainsi que le japonais, le coréen et le vietnamien.au-delà du retour critique sur la théorie et les concepts produits en europe dans un contexte transnational et soutenu par les institutions politiques, une attention particulière sera portée sur les représentations liées aux langues mais également à leur enseignement ou encore leur apprentissage en regard notamment de la place prépondérante de l'institution académique et de leur représentants : les enseignants et à travers eux les idéologies de langue qu'ils légitiment et véhiculent.outre cette approche sociologique, ce projet s'attachera à démontrer statistiquement l'existence d'une demande de la part des apprenants d'un apprentissage dit 'intégré' visant à la maîtrise partielle de plusieurs de ces langues en plus, ou en lieu et place de la connaissance approfondie -- apprentissage 'tubulaire'-- d'une seule d'entre elles.cette étude sera complétée d'une série d'expérimentations en classe en france et à taïwan au travers du développement d'outils et de matériaux qui privilégient le recours à la médiation informatique.


  • Pas de résumé disponible.