Les comédies latines en france au xiie siècle. rhétorique et comique.

par Klementyna aura Glinska

Projet de thèse en Études latines et néo-latines

Sous la direction de Dominique Boutet et de Mikolaj Szymanski.

Thèses en préparation à Paris 4 depuis le 22-09-2010 .


  • Résumé

    L'objet de ma thèse de doctorat est les stratégies rhétoriques et le phénomène du comique dans les comédies latines crées dans le cadre intellectuel de la 'renaissance du xiie siècle' dans le val de loire : le milo de mathieu de vendôme, le miles gloriosus et la lidia attribués à arnoul d'orléans, enfin l'alda de guillaume de blois. les dites comédies élégiaques, représentées par un peu plus de 22 compositions latines en vers, surtout en distiques élégiaques mais aussi en hexamètres, ont été composées aux xiie et xiiie siècles, dans les milieux scolaire français, puis, anglais, allemands et italiens. compte tenu de la diversité interne du corpus, l'ensemble de référence choisi pour cette étude comprend des compositions écrites par des auteurs français, qui étaient, comme on peut le présumer, en contact direct, voire médiat par les textes. ce contact a eu des conséquences signifiantes au niveau littéraire, mais aussi idéologique, voire philosophique. mes recherches ont un caractère interdisciplinaire et comparatif. je souhaite approfondir la question du comique dans les comédies latines particulièrement dans la perspective philologique et rhétorique, en incluant les idées de la rhétorique ancienne et puis, en cherchant des filiations et des convergences entre les comédies et les conceptions des traités de la rhétorique chrétienne et médiévale. d'un autre côté, mon intention est de dépasser la perspective philologique et d'appliquer la méthode des recherches culturelles et anthropologiques. en cherchant à expliquer la nature du genre représenté par les comédies, je les définie comme les compositions subordonnées aux règles de la poésie rhétorisée, inscrite dans le domaine de la philosophie (ethicae subponitur). j'essaie à explorer une question complexe des fonctions de ces stratégies littéraires qui semblent être calculées pour provoquer le rire, c'est-à-dire, les stratégies au niveau vocabulaire, stylistique et métrique, au niveau de la composition, de la construction de l'intrigue et des personnages etc. en outre, je m'interroge sur la nature de ce rire. en raison du modèle de la lecture destinée, comme on peut le supposer, pour la comédie, son statut ambivalent, hésitant entre théâtralité et rhétoricité, j'ai décidé de réserver dans ma thèse un espace pour la réflexion sur le geste, la voix et la mimique. j'examine les rapports des comédies avec certaines conventions littéraires médiévales, en plus, avec le patrimoine classique de leurs auteurs - au niveau des répercussions esthétiques et éthiques de la réception.


  • Pas de résumé disponible.