Les conditions economiques de la creation artistique d'arnold schoenberg de 1904 a 1921.

par Thomas Giraud

Projet de thèse en Musique et musicologie

Sous la direction de Michael Werner et de Alain Poirier.

Thèses en préparation à Paris, EHESS depuis le 08-12-2009 .


  • Résumé

    Il s'agit d'étudier l'histoire de la musique du début du xxe siècle derrière celle d'un compositeur majeur, arnold schoenberg, et les milieux musicaux qu'il a fréquentés. un domaine qui nous parait revêtir une importance toute particulière dans le cas de schoenberg et de la musique de son temps est celui des conditions économiques de la production artistique – en lien avec un discours plus globalement politique et moral. nous voulons voir quels étaient les moyens de financement de l'art, qui peut être un financement de l'artiste, un financement d'une œuvre ou encore tout simplement la rémunération d'un simple agent économique qui a respecté les clauses d'un contrat. notre hypothèse serait la suivante : schoenberg, parangon d'un nouveau paradigme idéologique, en l'occurrence un paradigme libéral, marqué par une forte autonomie économique de l'artiste, qui correspond en outre aux exigences de la société industrielle. schoenberg a su représenter un noyau moral, idéologique, pour l'art du début du xxe siècle, non pas seulement comme compositeur, mais comme ayant travaillé au formatage d'un milieu musical, à l'élaboration de ses nouvelles règles, et en particulier ses règles économiques ; en somme, schoenberg est d'une grande utilité aux historiens, d'une part pour l'illustration anecdotique qu'il donne à voir de la convergence entre ses choix économiques et l'histoire sociale, d'autre part parce qu'il s'est trouvé au milieu d'un mouvement de réflexion et de définition de l'avenir de l'art, dont l'un des piliers a été la question de l'économie de la musique, l'économie du format, la théorie de la forme, de l'œuvre d'art.


  • Pas de résumé disponible.