Les FARC et la lutte pour la reconnaissance : aspects symboliques, émotionnels, moraux et identitaires de la violence armée en Colombie

par Johanna Gonzalez

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Thomas Lindemann.

Thèses en préparation à Bordeaux 4 , dans le cadre de Ecole doctorale Sociétés, Politique et Santé publique (SP2) depuis le 14-11-2007 .


  • Résumé

    RESUME en français : La confrontation armée en Colombie se distingue par sa durée, son intensité et sa complexité. L’un des acteurs principaux de cet affrontement est la guérilla des FARC. Leur étude, à partir de la théorie de la reconnaissance d’Axel Honneth, permet de prendre en compte le rôle des besoins de reconnaissance, exprimés par ce groupe et ses membres, dans le développement du conflit. En effet, la violence guérillera plonge ses racines dans des dénis de reconnaissance dans les sphères de l’affection (maltraitance infantile, violence intrafamiliale, exactions des groupes armés), du droit (privation de droits-exclusion) et de la solidarité (indignité-injustice). Les aspects de la lutte pour la reconnaissance, menée par ce mouvement, ont évolué dans le temps, en fonction des interactions avec d’autres acteurs comme le gouvernement colombien et des variables comme le narcotrafic, passant d’une lutte pour l’obtention de la dignité et de l’égalité, à une lutte pour le prestige et l’affirmation d’identités idéalisées.

  • Titre traduit

    FARC and the struggle for recognition : symbolic, emotional, moral and identity-building aspects of Colombia armed violence


  • Résumé

    The armed confrontation in Colombia is characterized by its duration, intensity and complexity. FARC is one of the main actors of this war. The study of the Colombian guerrilla from the perspective of Axel Honneth's theory, the struggle for recognition, allows us to take into account the role of recognition needs, as expressed by this group and his members, in the conflict evolution. Guerrilla violence plunges its roots into denials of recognition in the spheres of love (ill-treatment of children, domestic violence, exactions by armed groups), of rights (denial of rights, exclusion) and solidarity (denigration, insult). The FARC’s struggle for recognition gradually change over time depending on new variables, like drug trafficking, and the interactions with other actors (government, civil populations, etc.) passing from a struggle for dignity and equality to a struggle for status and the assertion of idealized identities.