Généalogie d’une poétique orientale, Le réel et le fictionnel entre la Grèce antique et l’Iran islamique

par Mehdi Ganjipour

Thèse de doctorat en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de Philippe Daros.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (....-2015 ; Paris) depuis le 13-10-2006 .


  • Résumé

    L’avancée considérable des dispositifs de vraisemblance, l’imposante combinaison de l’art et du virtuel, le souci d’archives, la volonté de réalité etc. qui marquent notre temps ont mis la question de « pourquoi la fiction ? » au centre des réflexions poétiques et philosophiques. Question qui, à ses deux extrémités, implique le discours littéraire et le discours historiographique. Pour y répondre, la pensée en Occident fait traditionnellement appel à ses origines grecques. De manière quasiment invariable, la réponse a été recherchée dans un cadre bipolaire et référentiel constitué du réel et du fictionnel. Dans le présent travail, il s’agit de remonter jusqu’aux Grecs, à la recherche d’une pensée de l’art et du fictionnel qui ne se contenterait pas du cadre référentiel. Ainsi, sont repérés les éléments d’une autre lecture grecque qui se trouve être à l’origine de la poétique élaborée au sein de l’islam iranien : une poétique orientale qu’il faut considérer comme un autre devenir de la poétique grecque. À partir des discours théorique, littéraire et historiographique irano-islamiques, il est montré comment cette poétique orientale exige de penser la fiction dans le cadre d’un schème tripartite : le rapport du réel au fictionnel fait immanquablement entrer en ligne de compte un troisième pôle qu’on appelle la vérité ou le réel de la réalité. D’un point de vue comparatif, le schème tripartite permettra de penser la question de la fiction sous un nouveau jour.

  • Titre traduit

    Genealogy of an oriental poetics, The real and the fictional between Ancient Greece and Islamic Iran


  • Résumé

    The ingenious progress of the means of likelihood, the required combination of art and the virtual, the interest for archives, the will of reality ect., that characterize our time, have given a particular interest to the question of “why fiction?”, both in the philosophical reflections and the poetical investigations. In its two end-points, this question concerns both literary and historiographical discourses. Western thought has traditionally referred to its Greek origins in order to answer the question. Yet most of the time, the answer is formulated in a bipolar, referential framework consisting of the real and the fictional. Instead, in the present work, the issue is to move back up the Greek legacy in search of some art and fiction thought which goes beyond this referential framework. Doing this, we can identify the elements of a different reading of Greek thought which is actually involved in the very starting point of the poetics developed within the Islamico-Iranian cultural world : an oriental poetics which is to be considered another becoming of Greek poetics. Through theoretical, literary and historiographical discourses in Post-Islamic Iran, the author tries to show this oriental poetics requires thinking fiction now in a tripartite schema : the relationship between the real and the fictional takes necessarily into account a third pole that one can call the truth or the real of reality. From a comparative perspective, the tripartite schema could help to think the general issue of fiction in a different way.