Les limites de la justice et la raison.

par Ginna fernanda Garcia-aguilar

Projet de thèse en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Alain Milon.

Thèses en préparation à Paris 10 depuis le 01-09-2006 .


  • Résumé

    Ce projet se propose, à partir de l'analyse du matériel juridique (lois, décrets, constitution, règlement, jurisprudence...) et d'une étude de terrain, d'observer comment la voix de <<l'autre>> est intégrée ou exclue de l'appareil étatique. nous mènerons ainsi une étude approfondie des archives judiciaires (sur les tutelas et les registres des cabinets juridiques pour bogota). a cela, s'est ajoutée une analyse de la littérature académique et de certains livres écrits par des sorcières et des guérisseurs. nous avons également trouvé, au cours de nos entretiens, des personnes ayant recours à des mécanismes légaux pour dénoncer des actes de violences liés à la magie. notre premier objectif est de réfléchir sur la politique comme processus de construction de l'ordre social. notre second objectif est de comprendre pourquoi cette gouvernance s'aligne systématiquement sur un modèle rawlsien qui élimine toutes sortes de particularismes identitaires. plusieurs questions se posent : existe-t-il une seule procédure dans la construction des discours hégémoniques d'un etat ? est-ce qu'on peut modeler un flux dynamique dans les rapports intersubjectifs des populations de manière à réguler les échanges politiques dans un espace de dialogue séculier, hygiénique et stérile ? est-ce qu'un modèle de justice faisant semblant d'ignorer les particularités identitaires constitue un espace démocratique viable ? qui désigne les différences de ces communautés minoritaires ? /...


  • Pas de résumé disponible.