Fabriques de la figure dans les arts contemporains

par Larys Frogier

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de Giovanni Careri.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de Ecole doctorale de l'Ecole des hautes études en sciences sociales ED 286 depuis le 01-10-2010 .


  • Résumé

    Cette recherche a pour objet l'étude d’œuvres de l'art occidental contemporain qui manifestent des points de tension avec les lieux de la figure. Le choix des œuvres se fonde sur la capacité de ces dernières à fabriquer des "figures de manque à dire" ou des "figures flottantes" car, dans l'espace même de l’œuvre, elles opacifient la composition formelle d'une narrativité intrinsèque, de même qu'elles esquivent le projet d'une rhétorique et d'une sémantique déterminée. Pourtant, elles n'en demeurent pas moins des figures car les artistes s'obstinent à façonner dans la matière et l'espace des formes et des idées, à manifester en image l'affect, le langage et la pensée. Les fabriques de la figure dans les arts contemporains usent de procédures visuelles multiples, parfois opposées, qui procèdent autant par effet de sidération ou trauma, mise en abîme de l'énoncé performatif du sujet, répétition du même, montage incongru de références, Mimesis en excès, forme sans qualité, scènes épiques. Pour mettre à l'épreuve ce qui fait figure dans l'art contemporain, nous débuterons là où la réception de l'art contemporain semble négliger la complexité de certains concepts : la figure, le récit, l'affect. L'évanouissement de ces concepts est d'ailleurs symptomatique d'un nœud qu'il reste à faire et à défaire indéfiniment, celui qui articule l’œuvre d'art à l'acte de description iconique et discursive, aux procès de figurabilité, aux théories du récit, à la sémiotique des passions. Nous analyserons alors comment, aux endroits de flottement de la figure, se trament de nouvelles modalités de récit, des statuts inédits de la figure, des fonctions inattendues de l'auteur et du spectateur.


  • Pas de résumé disponible.