À la place des Autres. Espace et allochtonie chez les E’nyepa, Caribes du Nord-Ouest guyanais (Venezuela)

par Miquel Figueras Moreu

Thèse de doctorat en Anthropologie

Sous la direction de Philippe Descola.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 01-10-2009 .


  • Résumé

    Ce travail décrit les relations qu’une société amérindienne entretient avec l’espace environnant et les entités qui y habitent. Il se fonde sur une ethnographie menée entre 2011 et 2015 chez les E’nyepa (Panare), Caribes de la Guyane vénézuélienne. L’étude a suivi deux approches alternées: une participation observante du processus de légalisation des terres et une observation participante à long terme dans un même village. L’analyse de ces deux démarches permet de montrer comment les E’nyepa articulent leurs différents niveaux de spatialisation à travers un paradoxe constitutif: une sociologie qui reproduit le modèle idéal- typique guyanais, conformant des sociétés atomisées, acéphales, et cherchant à atteindre un horizon d’endogamie et d’autosuffisance; mais qui paradoxalement déploie de multiples décentrements ayant l’allochtonie et le point de vue d’autrui comme axes de références. Ce paradoxe configure un véritable schème d’inférences où l’approche hétérocentrée, en partie dérivée du monde mythique et onirique, devient un enjeu de savoir, de savoir-faire et de prestige, apanage des sages et des chamanes. Un premier volume composé de cinq chapitres suit le parcours des différents niveaux de l’espace social, de la petite à la grande échelle: le hamac et ses habitants ; la maison et les hôtes ; l’histoire, le territoire et les voisinages ; les découpages territoriaux et l’allochtonie ; et les diplomaties spatio-temporelles. De cette exploration successive se dessinent les traits d’un ensemble culturel mal connu - les Caribes du Nord-Ouest guyanais -, ainsi que les pistes pour une anthropologie de l’espace qui consiste à appréhender l’espace propre en se mettant à la place des Autres. Un deuxième volume compile des données ethnographiques qui soutiennent l’argumentaire : un recueil de mythes, de chants et d’incantations, ainsi qu’un atlas composé de cartes, de planches graphiques et de tableaux.

  • Titre traduit

    In the place of Others. Space and allochtony among the E’nyepa, Caribes of Northwestern Guianas (Venezuela)


  • Résumé

    This work describes the relationships that an Amerindian society develops with the surrounding space and the entities that inhabit it. It is based on an ethnography conducted between 2011 and 2015 among the E’nyepa (Panare), Caribs of Venezuelan Guiana. The study followed two alternating approaches: observant participation in the land legalization process and long-term participatory observation in a village. The analysis of these two approaches makes it possible to show how the E'nyepa articulate their different levels of spatialization through a constitutive paradox: a sociology which reproduces the ideal-typical Guyanese model, conforming atomized, acephalic societies, and aiming for a horizon of endogamy and self-sufficiency; but which paradoxically deploys multiple decentrings having allochthonousness and the point of view of others as frames of reference. This paradox configures a real scheme of inferences where the heterocentric approach, partly derived from the mythical and onirical world, becomes an issue of knowledge, know-how and prestige reserved for sages and shamans. A first volume composed of five chapters follows the course of the different levels of social space, from the smaller scale to the larger one: the hammock and its inhabitants; the house and the hosts; history, territory and neighborhoods; territorial divisions and allochthonousness; and space-time diplomacy. From this successive exploration emerge the features of a poorly known cultural ensemble - the Caribes of Northwest Guiana -, as well as the clues for an anthropology of space which consists in apprehending proper space by putting oneself in the place of others. A second volume compiles ethnographic data that support the argument: a collection of myths, songs and incantations, as well as an atlas made up of maps, graphic plates and tables.