Le rôle du patrimoine dans la construction nationale à l'île Maurice

par Corinne Forest

Projet de thèse en Anthropologie sociale et ethnologie

Sous la direction de Jean-Loup Amselle.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 13-11-2006 .


  • Résumé

    Ce travail de thèse étudie la patrimonialisation dans le contexte mauricien afin d’examiner les enjeux liés à la constitution de l’identité nationale dans un cadre institutionnel qui privilégie une logique communautaire. Le cadre mauricien voit différents groupes coexister et interagir dans la tolérance, le respect et la paix tout en distinguant diverses unités sociales en fonction de leurs origines géographiques, culturelles, religieuses et ethniques. L’Etat met en œuvre une politique culturelle basée sur la reconnaissance officielle des unités culturelles dont l’union formerait la représentation nationale mauricienne. Au sein de cette diversité, le patrimoine est devenu un instrument de marquage de la différence et un moyen de symboliser la contribution de chacun à la fondation de la nation arc-en-ciel dans l’espace national. Dans ce cadre mémoriel fragmenté, notre approche est d’examiner l’émergence et la constitution du patrimoine à l’île Maurice de l’époque coloniale (1721-1968) à l’époque contemporaine afin d’en étudier les processus de reconnaissance et les usages comme instrument de la construction nationale. En cela, mon travail considère que l’étude de la patrimonialisation constitue un champ d’investigation sur la manière dont le passé est utilisé dans le présent pour légitimer et positionner les identités. Dans cette perspective, cette étude considère que le patrimoine est un instrument qui nourrit l’adhésion collective nécessaire à l’établissement d’une entité nationale.

  • Titre traduit

    The role of heritage in nation building in Mauritius


  • Résumé

    This PhD thesis focuses on the heritage processes in the Mauritian context in order to examine the issues related to nation- building resulting from an institutional framework that recognizes communal identities. The Mauritian context comprises diverse groups coexisting and interacting in tolerance, respect and peace while distinguishing multiple communities based on their geographical, cultural, religious and ethnic origins. The state developed a cultural policy that officially recognizes the diverse cultural entities and considers that their combination would form the Mauritian national identity. Within this diversity, heritage is used to mark cultural differences and the contribution of each group to the foundation of the rainbow nation in the national space. In this fragmented memorial framework, our approach is to examine the emergence and the constitution of heritage in Mauritius from the colonial period (1721-1968) to nowadays in order to study the processes of recognition and the uses of heritage as an instrument for nation building. This study considers that heritage processes constitute a field of investigation on the way the past is used in the present to legitimate and position identities. In this perspective, this study considers that heritage is an instrument that supports collective adhesion required for the establishment of the national identity.