'crise' du discours grammatical dans les premières décennies du xxème siècle français

par Aurélia Elalouf

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de Jean-marie Fournier.

Thèses en préparation à Paris 3 depuis le 15-09-2010 .


  • Résumé

    La première moitié du xxème siècle français est marquée par une crise de la 'grammaire' en tant que genre discursif spécifique. la période compte très peu de grammaires scientifiques (versus scolaires). les textes qui voient le jour sont des textes atypiques, hybrides, tels que la pensée et la langue de ferdinand brunot (1922), la grammaire des fautes d'henri frei (1929), l'essai de grammaire de la langue française de jacques damourette et édouard pichon (dont le premier tome est publié en 1930), linguistique générale, linguistique française de charles bally (1932), ou encore le système grammatical de la langue française de georges gougenheim (1938). on peut se demander pourquoi, à un certain moment, la production des linguistes a cessé de déboucher sur l'écriture d'une grammaire. premièrement, il importe de décrire avec précision les textes du corpus, afin de voir dans quelle mesure ceux-ci s'écartent du prototype de la 'grammaire '. l'examen de la structuration et la micro-structuration du discours métalinguistique permet de mettre en évidence les stratégies élaborées par les linguistes pour contourner les contraintes liées au genre grammatical. deuxièmement, il est nécessaire d'inscrire les textes et les auteurs dans leur contexte épistémologique (parution du clg ; réflexion autour des 'anomalies linguistiques' ; intérêt pour la langue parlée, pour les patois, pour le langage populaire ; etc.), dans leur contexte historique (selon brunot, la rénovation de la grammaire se construit en réaction aux excès de la grammaire scolaire et contre l'héritage de port-royal et des idéologues), et dans leur contexte social et idéologique (celui d'une 'crise du français').


  • Pas de résumé disponible.