Influence des modes de réponses sur une dote-probe-task émotionnelle

par Feten Elechheb

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Stéphane Rusinek.

Thèses en préparation à Lille 3 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord) depuis le 01-10-2009 .


  • Résumé

    Certains chercheurs ont étudié la perception des mouvements d'approche et de retrait sur l'évaluation affective. l'étude de neumann et strack (2000), rend compte de l'analyse de ces processus. selon ces auteurs, l'association entre le traitement d'informations affectives et les comportements d'approche et de retrait est évidente. supposant l'existence de deux systèmes motivationnels orientant ces deux types de comportements, les auteurs testent une première idée selon laquelle les mouvements perçus vers l'observateur (flexion du bras) facilitent le traitement de concepts affectivement positifs et que les mouvements perçus s'éloignant de lui (extension du bras) facilitent, à l'inverse, le traitement de concepts affectivement négatifs. les résultats ont montré que les sujets catégorisent la valence positive et négative de mots présentés sur un écran plus rapidement selon que les mots sont positifs et qu'ils fléchissent le bras ou que les mots sont négatifs et qu'ils étendent le bras. en effet, s'appuyant sur les résultats d'une étude de chen et bargh (1999) qui rend compte de l'influence des informations affectives sur ces comportements d'approche et de retrait, neumann et strack (2000), avancent que les deux systèmes motivationnels décrits peuvent être activés par les signaux de nature perceptive (mouvement) ou affective (mots à connotation affective positive ou négative). pour certains auteurs, les caractéristiques du mouvement d'un objet de forme géométrique simple peuvent susciter l'attribution d'un caractère 'animé' à cet objet (tremoulet et feldman, 2000 ; gyulai, 2004) suivant, par exemple, les variations de leur vitesse de trajectoire. le mouvement dans des conditions d'apparition basiques semble revêtir des qualités humaines voire expressives.dans le domaine de la psychologie, les mouvements ont été étudiés en majorité dans le cadre des mouvements biologiques, associés à une activité humaine (johansson, 1973 ; cutting et profitt, 1981 ; dittrich, 1993) et ont aussi été envisagés comme des supports efficaces à la reconnaissance émotionnelle (bassili, 1979 ; walk et homan, 1984 ; werhle et coll., 2000 ; atkinson et coll., 2006). certains auteurs affirment que le mouvement en lui-même est déclencheur d'une perception émotionnelle (rimé et coll., 1985). a partir de ces données de la littérature, cette thèse propose de vérifier s'il y a vraiment une relation étroite entre action et perception et s'il y a une influence du mode de réponse sur une dote-probe- task émotionnelle. la dot-probe-task est un paradigme utilisé dans les études expérimentales en psychologie afin d'évaluer des processus cognitifs tel que l'engagement et le désengagement attentionnel (le fait de pouvoir soustraire son attention d'un stimulus afin d'en traiter un autre). il s'agit, selon des temps de présentation pouvant varier (généralement entre 100ms et 2000ms), de faire succéder sur un écran deux séries de stimulus, généralement sans lien sémantique ou graphique, dont l'une contient une cible à identifier, et l'autre des stimulus qui, en fonction de caractéristiques spécifiques focalisent, ou ne focalisent pas l'attention sur une partie du champ visuel. ce paradigme a souvent été utilisé dans le champ de la psychopathologie cognitive où il permet de comprendre par exemple, quels types de stimulus engendrent les biais attentionnels anxieux. l'attention, les émotions, et d'autres variables sont donc étudiables et combinables à l'aide de ce paradigme. nous proposons dans cette thèse d'explorer non pas les processus attentionnels mais l'influence sur ces processus des modes de réponse utilisés. dans un premier temps, une dote-probe émotionnelle sera construite pour laquelle le mode de réponse sera l'appui sur des touches d'un boîtier, ou sur un écran tactile. dans la condition 'boîtier', pour s'assurer que le participant ne fait pas un mouvement vers le clavier, ses deux mains seront fixes. cette tâche servira de référence pour les autres expérimentations. seront observés les processus d'engagement et de désengagement, l'influence de stimuli


  • Résumé

    Émotionnels et les différences entre les modes de réponses.dans un second temps, la même tâche sera utilisée mais les réponses seront données par la manipulation d'un levier, soit par le déplaçant vers l'avant ou l'arrière, soit par le déplacement vers la gauche ou la droite.une troisième étude consistera en la mise en place d'un outil sophistiqué de réalité virtuelle en 3d, en utilisant des lunettes et des gants appropriés à ce type d'expérience. une collaboration avec une équipe du laboratoire lifl (équipe de lille 1) et une exploitation de la plateforme de réalité virtuelle en cours d'élaboration dans le laboratoire 'psitec' sont prévues. le participant donnera sa réponse tout en étant présent dans cet univers 3d, il sera donc amené à faire des mouvements impliquant l'intégralité de son corps pour pouvoir répondre. différents mouvements seront utilisés pour la réponse. il est attendu des influences croissantes des variables émotionnelles manipulées en fonction de la complexité du mouvement utilisé pour la réponse, le mouvement influençant la perception de l'intensité émotionnelle du stimulus.la vérification de nos hypothèses permettra une discussion à la fois sur l'écologie des tâches dans les recherches émotionnelles et sur l'importance du mouvement dans la prise en compte de signification émotionnelles des réponses. une discussion sur la valeur écologique des tâches en psychologie expérimentale sera aussi envisagée.