La langage et la pensee : priorite ontologique et influences cognitives.

par Koosha Eghbalketabchi

Projet de thèse en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Pierre Jacob.

Thèses en préparation à Paris, EHESS depuis le 16-11-2009 .


  • Résumé

    Ce projet part du postulat selon lequel, d'une part, la pensee a une priorite ontologique sur le langage, et d'autre part, le langage naturel influence la pensee de diverses manieres. la these de la priorite de la pensee sur le langage constitue un pivot theorique, car elle presente d'importants avantages pour l'explication des possibilites de penser sans le langage naturel. toutefois, les influences du langage naturel sur la pensee doivent etre prises en compte, etant donne l'espace externe et extra-computationnel qu'il confere au cerveau via ses usages supra-communicatifs. en consequence, ce projet visera a developper une approche hybride combinant l'hypothese du langage naturel dans l'echafaudage de la pensee. quant a la coherence meme du postulat initial, l'argumentation comprendra deux angles differents. premierement, les avantages de l'hypothese du mentalais pour l'explication du role communicatif du langage naturel peuvent mettre en valeur une conception dans laquelle les utilisateurs du langage naturel apprennent a effectuer des taches cognitives en se servant de leurs dispositifs communicatifs (noter que meme si l'hypothese du mentalais explique le role communicatif du langage naturel, elle n'en prescrit pas une conception purement communicative). deuxiemement, l'hypothese du mentalais attribue des structures syntactiques a la pensee, et donc est potentiellement associable a certaines versions de la conception supra-communicative du langage naturel qui suppose l'extension de la pensee via un couplage avec des structures syntactiques externes. une autre question importante est celle de la systematicite, et donc de la compositionnalite, paralleles de la pensee et du langage naturel. ainsi, des questions comme celle de la possibilite pour une langue naturelle de fournir la compositionnalite a la pensee, ou celle de la necessite pour la pensee de posseder une forme de compositionnalite avant l'acquisition d'aucune langue naturelle, seront abordees.


  • Pas de résumé disponible.