L'approche des mythes occidentaux dans la littérature bolivienne du xxème siècle : le donjuanisme dans l'oeuvre de juan lechin w. et le narcissisme chez jaine saenz.

par Livia Escobar olmos

Thèse de doctorat en Études hispano-américaines

Sous la direction de Venko Kanev.

Thèses en préparation à Rouen , dans le cadre de Histoire,mémoire,patrimoine,langage depuis le 19-11-2008 .


  • Résumé

    La littérature bolivienne n'est pas très connue hors de ses frontières. en comparaison des autres littératures de l'amérique latine, la bolivienne manque de production et de publication. plusieurs raisons expliquent cette absence d'écrivains dont la principale est l'histoire chaotique du pays. suite à la colonisation, la priorité du citoyen a été la lutte contre la misère et la reconstruction d'un état submergé dans des conflits sociaux internes et externes. notre travail de recherhce aura donc comme objectif de démontrer en premier que malgré les désavantages du contexte social du pays une littérature de qualité s'est developpé. l'écriture est devenue l'instrument indispensable d'espression. la littérature bolivienne est surtout un reflet des préoccupations qui concernent la population ainsi qu'un témoignage de l'histoire nationale. de sorte que la littérature et la société ne font plus qu'un pour l'écrivain bolivien. ainsi, la fiction et l'histoire semblent être indissociables. celà explique la présence presque exclusive du roman dit social dans le récit bolivien du nouveau siècle. une littérature qui se débarasse enfin de la sujétion étrangère et qui cherche à acquerir une identité propre. les oeuvres de trois écrivains : jaime saenz, juan lechin et edmundo paz font partie du corpus dont on se servira pour démontrer ce renouveau de la littérature en bolivie.


  • Pas de résumé disponible.