Printing the faith in Southeast Asia : the Buddhist production of seals and stūpas (6th to 14th C. C.E.)

par Delphine Desoutter

Projet de thèse en Histoire de l'art

Sous la direction de Claudine Bautze-picron.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (Paris) , en partenariat avec Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (établissement de préparation) depuis le 08-12-2010 .

  • Titre traduit

    Imprimer la foi en Asie du Sud-Est : la production bouddhique de sceaux et stūpas (VIe – XIVe siècle)


  • Résumé

    L’impression répétitive d’une image bouddhique sur un fragment de terre a fourni d’abondants reliquats d’une pratique désormais sortie d’usage dans la plupart de l’Asie du Sud-Est. L’iconographie est très variée, de part sa nature et de par son style. Divinité majeure, triade, ou panthéon, parfois accompagnés d’une inscription, le geste d’impression s’est également appliqué à la création de stūpas miniatures, ainsi que de sceaux miniatures inscrits, destinés à être incorporés dans la matière des sceaux ou des stūpas. L’image elle-même, complétée par l’épigraphie, dénote des développements stylistiques locaux, régionaux, voire interrégionaux. Le corpus d’images en terre est vaste ; plus restreint est celui des moules qui ont subsisté. Parmi les témoignages en terre, en pierre, ou en métal, ces derniers forment un ensemble percutant sur la période du VIème au XIVème siècle, attestant d’un savoir-faire technique élaboré. Cette étude postule que l’emploi de moules en métal fut spécifique à certaines cultures et propose ainsi trois ensembles de moules correspondant au territoire d’Angkor (Cambodge et Thaïlande), au centre du Myanmar, ainsi qu’à l’Asie du Sud-Est insulaire (sud de la péninsule thaïlandaise, Malaisie, Indonésie). Selon les régions, le répertoire d’images connues des moules et des sceaux se correspondent à un degré plus ou moins important. De nombreux objets ont très probablement définitivement disparu, mais de nouvelles découvertes pourront venir compléter l’état des recherches. Objets petits et mobiles, les sceaux, stupikas et moules de cette étude ont été créés dans des contextes différents, à la croisée des routes du monde bouddhique, entre l’Asie du Sud et l’Asie Orientale. Cette étude propose une vue d’ensemble de l’iconographie et du contexte archéologique de ces objets, tout en questionnant en particulier le rôle des moules par rapport au bouddhisme et au pouvoir séculier. Seules des études régionales ponctuelles se sont pour l’instant attachées au sujet des sceaux, et aucune n’est allée au-delà de la simple évocation des moules. Une approche transversale sous l’angle de la production, du rapport entre le moule et l’objet imprimé, apporte un éclairage nouveau quant aux différentes connexions (culturelles, politiques, religieuses) qui ont existé en Asie du Sud-Est.