De brignatium a gesoriacum. Les amers, les navires et les ports en mare externum sous l'empire Romain

par Barbara Delacroix

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de Javier Arce.

Thèses en préparation à Lille 3 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord) depuis le 01-10-2010 .


  • Résumé

    Afin de décrire le réseau commercial romain extra-méditerranéen (hispanie – gaule – bretagne), sont mises en parallèles les études des ports, navires et amers.pour accueillir les navires et leur cargaison, des aménagements portuaires sont implantés en zones littorales et fluviales. pour chacun des ports, seront étudiés les choix d'implantation et la logistique portuaire : (architecture ; marchandise ; personnel). le but est de savoir si ces ports avaient pour objectif de répondre à une demande méditerranéenne ou s'ils constituaient les éléments d'un réseau commercial à dominante régionale.l'archéologie navale terrestre et subaquatique en corrélation avec les études des attestations littéraires, iconographiques et épigraphique, devra préciser l'architecture spéciale dont les navires devaient être dotés pour faire face aux conditions extrêmes propre à l'océan atlantique. cette analyse des navires aboutira à une appréciation de la 'flotte atlantique ' à savoir si elle est véritablement adaptée à l'océan et si elle se destine à un commerce régional ou plus élargi. les forts courants et les tempêtes ont forcé les navires romains à adopter une navigation côtière: les caboteurs suivaient les rivages et cela par la distinction progressive des amers. un grand travail sera consacré à l'identification des amers, éléments encore peu considérés en archéologie maritime. les amers seront localisés (grâce aux attestations littéraires, résultats de fouilles archéologiques navales, analyses du transit de marchandises), répertoriés et classés selon qu'ils soient des monuments, phares ou reliefs remarquables. enfin, ces amers permettront d'identifier le réseau de routes maritimes empruntées par les navires marchands.


  • Pas de résumé disponible.