Histoire, développement et institutionnalisation des «visual studies» en europe occidentale et dans les pays anglo-saxons des années 1980 à nos jours.

par Isabelle Decobecq

Projet de thèse en Histoire de l'art

Sous la direction de Daniel Dubuisson et de Martial Guédron.

Thèses en préparation à Lille 3 , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq) depuis le 01-10-2010 .


  • Résumé

    Prenant acte d'un tournant de nos sociétés vers une culture du visuel, les visual studies sont apparues au cours des années 1980 comme une proposition scientifique originale: en investissant ces nouveaux territoires du visible, il s'agissait de restructurer un objet de connaissance ayant déjà fait l'objet d'appropriations singulières, de validations institutionnelles, et bénéficiant d'une épaisseur historique par elle-même légitimante. ce champ d'étude innovant place en effet au cœur de son projet, non seulement l'image envisagée dans ses registres traditionnels, mais aussi les notions plus vastes de vision, visualisation et univers visuels, défiant ainsi les partages disciplinaires consacrés. en dépit d'un intérêt aussi vif que récent des milieux académiques français pour ces nouvelles approches de l'image et des univers visuels, l'absence de publications dans notre langue est quasi totale, la production théorique étant polarisée par le monde anglo-saxon: face à cette lacune, cette thèse aura pour enjeu de comprendre l'émergence des visual studies, d'en décrire les paradigmes majeurs ainsi que les fondements épistémologiques, et d'en retracer l'histoire récente mais néanmoins complexe tant en europe que dans les pays anglo- saxons. ce travail présentera un état de ce qui constitue aujourd'hui l'identité des visual studies dans la sphère institutionnelle internationale, tout en s'interrogeant sur les potentialités de leur développement en tant que science interdisciplinaire de l'image et des autres artefacts visuels.


  • Résumé

    What is visual culture studies and what does it do? In the last twenty years, visual culture studies (also going by the names of « visual studies » or « visual culture ») emerged, especially in the anglo-saxon world, as an increasingly important area of study, a seemingly inexhaustible source for academic writing and a critical aspect of contemporary research in the Humanities. Challenging traditional disciplinary boundaries and forms of knowledge, this hybrid endeavour lies at the crossroads of disciplines so diverse as art history, cultural studies or anthropology, and draws its driving concepts from a wide range of critical theories. Such diversity in its potential objects of study (images, vision, visuality and so on) as well as its conceptual underpinnings, accounts for both the infinite richness of visual culture and its rather elusive nature, for which it often gets criticized. My dissertation will tackle this hitherto underexplored area of scholarship, offering both an archeology and a genealogy of this « anti-discipline », and providing an overview of its major paradigms, theoretical frameworks, methods and epistemological claims.