Le Festival de Cannes et la promotion du cinéma (1946-1972) : le 7ème art, un objet culturel protéiforme au service du prestige national

par Jennifer De castro

Projet de thèse en Études cinématographiques et audiovisuel


Sous la direction de Raphaëlle Moine.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Arts & médias (2009-2015 ; Paris) depuis le 06-12-2010 .


  • Résumé

    Cette thèse propose une approche historique et culturelle du Festival de Cannes, en mettant l'accent sur son rôle, contrasté, dans la promotion du cinéma en France de 1946 à 1972. Quelle(s) image(s) ses organisateurs entendent-ils donner du cinéma et quelle image contribue à en construire la publicisation de la manifestation dans les différents médias de l'époque (télévision, actualités cinématographiques et presse spécialisée) ? Il s'agit donc de savoir comment été perçu le cinéma après la Seconde Guerre mondiale par l'intermédiaire du Festival de Cannes, d'évaluer comment le Festival a cherché à modifier en France ou a modifié dans les faits (ce qui n'est pas forcément la même chose) l'image, le statut, les fonctions du cinéma et le rapport au cinéma, national ou international, et de voir comment les médias abordent l’actualité cinématographique. Les recherches, essentiellement faites à partir de fonds d’archives – celles de l’Association du Festival de Cannes, de la télévision et de la presse spécialisée –, ont permis de comprendre les différents aspects de la manifestation et de saisir les relations qu'entretiennent les différentes institutions en charge de l’événement avec le cinéma. 1946, année de la première édition du Festival, est le point de départ de ses recherches. 1972, année où le Comité d’Organisation devient le seul décisionnaire des films sélectionnés, les clôture. Entre ces deux dates, 25 éditions où les pays participants choisissaient eux-mêmes les films envoyés sur la croisette. 25 années où le contexte socio-politique mondial s’invite sur la scène cannoise mettant à l’épreuve les ambitions artistiques mais aussi les intérêts économiques et diplomatiques des organisateurs du Festival de Cannes ; 25 années dont les médias sont, partiellement et/ou différemment selon les sources, les reflets privilégiés.

  • Titre traduit

    The Cannes Film Festival and the promotion of cinema (1946-1972) : the Seventh Art, a multifaceted cultural object in service of the national prestige


  • Résumé

    This thesis offers a cultural and historical approach about the Cannes Film Festival by emphasizing the accent on its contrasted role in promoting cinema in France from 1946 till 1972. What images intended the organizers to give about cinema and what images contributed to build the exposure and coverage of Cannes Film Festival in the various media of that time such as television, cinema newsreels and specialised press? It is therefore about to know how Cinema was perceived after the Second World War by the prism of the Festival, to evaluate how it tried to modify in France or modified effectively (which is not necessarily the same point) image, status and functions of Cinema and the relationship with native and international cinema then finally to see how medias approached the film industry current events. The research, essentially engaged from Archives Collections - such as those of Cannes Film Festival Association, television and specialist publications -, allowed to understand the various aspects of the Festival and to perceive the links which maintained the various institutions in charge of the event with Cinema. The first edition of the Festival in 1946 is the starting point of this research. It ends in 1972, twenty-five years later, when the Steering committee has become the only decision-maker of the selected movies. During these twenty-five editions the participants themselves used to select the movies to sent to the « Croisette ». Twenty-five years during which the world social and political context invited itself in Cannes to put to the test the artistic ambitions and the economic and diplomatic interests of the organizers of the Cannes Film Festival. Twenty-five years during which the medias were partially and/or variously the privileged reflections.