Définition de l'enseignement calligraphique dans le système scolaire japonais de 1945 à nos jours

par Rodolphe Diot

Projet de thèse en Études japonaises

Sous la direction de François Macé et de Christian Galan.

Thèses en préparation à Paris, INALCO , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) depuis le 01-10-2010 .


  • Résumé

    Au début des années 1940, les lois qui remplacent l'école primaire par l'école populaire incluent dans le département des arts et techniques (geinô-ka) une matière obligatoire de « calligraphie » (shûji). survient ensuite la défaite de 45, et la refonte du système scolaire entreprise sous la houlette de l'occupant américain annule ces orientations, reléguant la pratique graphique au pinceau au domaine strictement facultatif des études libres (jiyû kenkyû). en nous rapportant aux divers documents d'époque (notes des responsables japonais du ministère de l'éducation, ou de ceux de la division américaine chargée de l'éducation), ainsi qu'aux rares études disponibles sur le sujet, nous examinerons donc comment la « suppression » de l'enseignement au pinceau a été décidée, puis la façon dont s'est organisé autour du personnage de bundô shunkai (1878-1970) le mouvement de réintroduction qu'elle a suscité.


  • Pas de résumé disponible.