"Like anecdotes from a case-book" : dialogues entre discours théoriques et cas particuliers dans les romans de May Sinclair

par Leslie De bont

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Catherine Lanone.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Études anglophones, germanophones, et européennes (2009-2015 ; Paris) , en partenariat avec Langues, Textes, Arts et Cultures du Monde Anglophone (equipe de recherche) depuis le 03-01-2011 .


  • Résumé

    À l’image des cas exposés par Freud, les romans de May Sinclair sont des objets déconcertants. Souvent qualifiés de textes hybrides qui se tiendraient à mi-chemin entre deux époques (celle des victoriens et le modernisme), ils se distinguent également par l’importance accordée aux discours théoriques. Esprit curieux au parcours singulier, May Sinclair est en effet également une essayiste prolifique, dont les publications sur le vote féminin et la condition des femmes, les articles de psychologie et de psychanalyse (issus de son implication auprès de la pionnière Medico-Psychological Clinic), les critiques littéraires ou les développements sur le néo-idéalisme semblent être en dialogue constant avec ses écrits de fiction. Ceux-ci ne sont jamais pour autant des romans à thèses. Bien au contraire, la prose sinclairienne s’attache systématiquement à remettre en question le cadre de référence, à prolonger le questionnement ou à affiner l’analyse, et propose ainsi un contrepoint intéressant aux modèles woolfiens de représentation du féminin. Afin de saisir ce qui fonde la démarche sinclairienne et de la situer dans son contexte intellectuel et artistique immédiat, ce travail propose une étude du dialogue intertextuel transdisciplinaire entre les différents travaux d’écriture Sinclair. Il s’agit plus précisément de montrer comment la pensée par cas et la pratique de l’étude de cas, telle qu’elle était pratiquée par Freud au tournant du XXe siècle, vient influencer la fiction sinclairienne, placée sous le signe d’une négociation singulière entre l’énigme et le modèle, entre l’abstrait et l’inconnu.

  • Titre traduit

    "Like Anecdotes from a Case-Book" : dialogues between the theoretical discourses and representations of the singular in May Sinclair’s novels


  • Résumé

    May Sinclair’s novels, like Freud’s case narratives in their times, rely on singularity. If their conflicting Victorian and modernist dynamics are often underlined, another type of structural hybridity is also perceptible, namely the important role played by theoretical discourses. May Sinclair is indeed a prolific essayist, whose papers on femininity and women Suffrage, on psychology and psychoanalysis (based on her involvement with the Medico-Psychological Clinic), and on her neo-idealist philosophy, as well as her many literary reviews, are ingrained in her fiction, which still manages to stay away from any form of didacticism. Indeed, Sinclair’s fiction seems to constantly try and challenge its theoretical framework and raises new issues on the representations of feminine consciousness. It thus provides us with an interesting counterpoint to Woolf’s. In order to highlight the specific dynamics of Sinclair’s approach to fiction and to situate Sinclair’s novels within their intellectual and artistic context, this thesis explores the transdisciplinary, intertextual dialogue between Sinclair’s fiction and non-fiction. More precisely, this work aims at showing how the psychoanalytical case-based reasoning method initiated by Sigmund Freud at the turn of the twentieth century plays a central role in Sinclair’s writings, which appears as a complex negotiation between enigma and model, or between the abstract and the unknown.