La migration guyanaise en France de 1854 à 2002 : enjeux économiques et politiques, enjeu identitaires

par Aude Desire

Projet de thèse en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Serge Mam-Lam-Fouck.

Thèses en préparation à l'Antilles , dans le cadre de École doctorale pluridisciplinaire (Pointe-à-Pitre ; 19..-2015) depuis le 15-10-2009 .


  • Résumé

    Notre projet de recherche a pour objet la migration de populations originaires du département de la guyane vers la « métropole ». sur une période longue de cent quarante-huit ans, du milieu du xixe siècle à la fin du xxe siècle, nous y étudierons les mutations de cette migration : dans un premier temps, a pour cadre la situation coloniale, elle est ensuite prise en charge, dans le contexte de la migration organisée vers la france, par le bureau pour le développement des migrations dans les départements d'outre-mer (bumidom). a la fin du xxe siècle, la migration des guyanais vers la « métropole » prend un tour plus « spontanée ». du fait de la situation démographique de la guyane affichant de faibles densités et un appel séculaire à l'immigration, il nous faudra examiner le paradoxe de cette migration vers la france, qui s'inscrit également dans un mouvement séculaire. la perspective des migrations internationales contemporaines, dans laquelle nous nous situons, nous amènera à dégager les traits de la migration guyanaise, à examiner la question de l'accueil des migrants dans la société française, ainsi que celle de l'évolution des relations avec le pays de départ. dans le contexte du rapport des départements d'outre-mer à la « métropole », s'est-on orienté vers la construction d'une diaspora ? sur ce plan-là, les dynamiques identitaires retiendront particulièrement notre attention. autre question qui nous apparaît come majeure, celle du jeu de la migration étudiée dans l'évolution démographique, économique, culturelle et politique de la guyane de la seconde moitié du xxe siècle. la question spécifique de la migration guyanaise en france par rapport aux enjeux économique, politiques et aux enjeux identitaires, n'a jamais été réalisée en tant qu'étude sur une si longue durée. seules existent à notre connaissance, les travaux de la géographe régine alexandre-calmont¹, en 1981, à la fin du bumidom, sur « la communauté guyanaise en france », du géographe andré calmont² sur « la population guyanaise en france », et du mémoire de aude chérubin sur « l'immigration guyanaise en ile de france depuis 1963 » paris i, sous la direction de marie-claude chaléard. des travaux récents de monique millia-marie-luce³ s'intéresse plus particulièrement à une étude comparée de l'émigration puerto-ricaine et antillaise, la migration guyanaise n'est pas étudiée en tant que telle. a la différence de toutes ces recherches⁴ qui concernent la migration vers la guyane, nous nous intéresserons à ceux qui quittent la guyane à destination de la france. par cette recherche, nous souhaitons mieux comprendre la condition guyanaise. a bien des égards, la migration guyanaise est comparable à celle de populations immigrées. disposons-nous d'outils statistiques pour évaluer cette population ? de quelles sources émanent-elles ? pour les guyanais, selon le phénotype, se découvrent français mais aussi noirs, chinois, indiens dans une société majoritairement « blanche » nous travaillons régulièrement à la médiathèque de la cité nationale de l'histoire de l'immigration (cnhi), première médiathèque spécialisée propose 10 000 ouvrages, 8 000 articles de périodiques, dans les thématiques de l'histoire, la mémoire et les cultures de l'immigration en france du xixe siècle à nos jours. ce qui recouvre notre période étudiée. nous disposons dans notre collection privée des périodiques tels que « equinoxe », revue de sciences humaines qui abordait régulièrement des sujets liés aux migrations. notre expérience de « correspondante de la semaine guyanaise » nous a conduit pendant deux ans à interviewer des guyanais vivant en france. toutes ces interviews ont été enregistrées, nous disposons de témoignages sonores que nous devrons décrypter et numériser afin de constituer des archives orales. ¹ calmont, régine, la communauté guyanaise en france, equinoxe, 1981, n°14 ? pp 21-43 ² calmont, andré, la population guyanaise en france, equinoxe, 1988, n°26, pp 49-68 ³ millia-marie-luce, monique, thèse de doctorat, 2002. de l'outre-mer au continent : étude comparée de l'émigraTion


  • Résumé

    Puerto-ricaine et antillo-guyanaise de l'après guerre aux années 1960. ehess, sous la direction de gérard noiriel ⁴ toulemonde, myriam, dea, 1985. la guyane : immigration de développement. tours, sous la direction de guy belloncle et monges stéphane, 1997 ; immigration en guyane française : population et société. clermont-ferrand ii, sous la direction d'albert odouard.