Incarner un personnage « méchant » : émotion, plaisir et douleur dans le travail d'acteur.

par Celia Daniellou-molinie

Projet de thèse en Études théâtrales

Sous la direction de Jean-Pierre Sarrazac et de Jean-Loup Rivière.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Arts & médias (2009-2015 ; Paris) depuis le 20-10-2009 .


  • Résumé

    D'esope, acteur romain, à heath ledger, star hollywoodienne, nombreuses sont les rumeurs rapportant des cas d'acteurs « possédés » par leur personnage de « méchant ». mythes sans fondement ? elucubrations de spectateurs en quête de frissons, voire stratégie commerciale ? sans doute… pourtant, notre imaginaire de spectateur semble nourri de ces dérapages fantasmés, de ces histoires d'acteurs s'étant, selon l'expression consacrée, « perdus dans leur rôle » - parfois jusqu'à en mourir. après s'être intéressé à certaines de ces anecdotes, à ce qu'elles révèlent de notre rapport à la scène, ce travail proposera un renversement de perspective à travers la question suivante : que représente pour un comédien le fait de jouer un personnage « méchant » ? observation de répétitions, témoignages d'acteurs éclairés par des éléments de neurosciences ou de psychanalyse,... seront la matière de notre réflexion, qui interrogera les notions d'émotion, de plaisir et de douleur dans le travail d'acteur.


  • Pas de résumé disponible.