Valorisation de la recherche et socio-dynamique de l'entrepreneuriat - une approche - une approche interprétaviste s'inscrivant dans le contexte de crise de la recherche du printemps 2004 à 2009

par Ngonn ndouba Dingamyo

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Robert Paturel.

Thèses en préparation à Brest , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme, des organisations et de la société (Rennes) depuis le 10-03-2010 .


  • Résumé

    L'observation des pratiques de valorisation de la recherche dans l'hexagone et la revue de littérature sur le transfert de technologie montrent que le cadre d'essaimage académique est amplement documenté. cependant, ce cadre est largement descriptif et la causalité, notamment des politiques publiques à l'innovation, relève d'un effet de croyance plutôt que d'un processus de cause à effet clairement identifié. plus fondamentalement, la revue de la littérature met en évidence l'absence d'une théorie de l'action spécifique aux acteurs de la recherche. la démarche méthodologique est qualitative fondée sur l'étude de cas et l'analyse thématique. l'analyse des données empiriques met en évidence cinq principales variables qui semblent déterminer le choix de la création d'entreprise parmi les options de valorisation. il s'agit des effets pécuniaires, d'eternalités, de réputation, d'émulation, et d'apprentissage. en tenant compte de ces variables et des autres résultats de la thèse, il est possible d'esquisser une théorie singulière de l'entrepreneuriat en milieu académique. cette singularité s'inscrit à la suite des réflexions philosophiques de hans joas 1992,2004 sur la créativité de l'agir, sur la théorie du capital processuel de ludwig lachmann 1977,1994 et sur les processus d'élaboration de sens chers à karl weick 1989,1995.


  • Pas de résumé disponible.