Inaccusativité et diathèses verbales : le cas du vietnamien

par Huy-linh Dao

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Georges Rebuschi et de Alain Rouveret.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (....-2015 ; Paris) depuis le 22-09-2009 .


  • Résumé

    Cette thèse se veut une contribution empirique et théorique à l’étude formelle du système verbal vietnamien. Elle se centre plus précisément autour de la problématique de l’inaccusativité et des alternances diathétiques dans cette langue. Elle se propose à cet effet d’examiner de plus près le rôle que joue le marqueur polyfonctionnel bị au sein des constructions à prédicat intransitif. Il sera montré que bị est compatible avec les verbes inaccusatifs et ne se combine avec les verbes inergatifs que si ces derniers sont inaccusativisés à l’aide de matériel lexical approprié. L’hypothèse défendue, qui s’inscrit dans le cadre du Programme Minimaliste de Chomsky (1995 et travaux subséquents), consiste à traiter ce morphème comme une catégorie semi-lexicale/semi-fonctionnelle et comme la tête d’une projection Applicative Haute, située immédiatement au-dessus du vP. Du point de vue sémantique, bị dénote une relation entre un individu et un événement. Il sera établi que bị peut être une tête de Phase ou une tête non-phasale. L’examen d’une sous-classe de prédicats statifs, ceux qui dénotent des états permanents, suggère une réévaluation du rôle de l’Aspect Lexical (Aktionsart) dans le calcul de l’inaccusativité. L’analyse avancée permet non seulement de rendre compte des phrases traditionnellement classées comme des constructions passives, mais aussi d’expliquer l’incompatibilité entre bị et les constructions moyennes. Il sera proposé que cette incompatibilité est due à l’absence d’une projection aspectuelle interne au vP, projection qui accueille dans son Spécificateur des Causateurs Involontaires. On soutiendra également que la marge du vP est exploitable à des fins discursives, ce qui renforce davantage le parallélisme entre CP et vP.

  • Titre traduit

    Unaccusativity and verbal diatheses : the case of Vietnamese


  • Résumé

    This thesis constitutes an empirical and theoretical contribution to the formal study of the Vietnamese verbal system. More precisely, it concentrates on issues of unaccusativity and diathetical alternations in this language. To this end, it puts under close scrutiny the key role played by the polyfunctional marker bị within intransitive predicate constructions. It will be shown that bị is compatible with unaccusative verbs and can combine with unergative ones only if those verbs undergo unaccusativization when provided with suitable lexical material. The hypothesis put forward, which is couched within the framework of Chomsky’s The Minimalist Program (1995 et seq.), treats this morpheme as a semi-lexical/semi-functional category and as the head of a High Applicative projection, situated immediately above vP. From a semantic point of view, bị denotes a relationship between an individual and an eventuality. It will be established that bị can be a Phase-head or a non-phasal one. A closer inspection of a subclass of stative predicates, those which denote permanent states, suggests a reassessment of the role played by Inner Aspect (Aktionsart) in the calculus of unaccusativity. The analysis proposed not only accounts for sentences that are traditionally classified as passive constructions, but it also gives an explanation for the incompatibility between bị and some middle constructions. Furthermore, it will be put forward that this type of incompatibility is due to the absence of a vP-internal aspectual projection which hosts in its Specifier an Inadvertent/Unintentional Causer DP. It will also be claimed that the vP-edge is active for discursive purposes, which reinforces the parallelism between CP Phase and vP Phase.