Artefacts photographiques et échelle humaine.

par Cédric D'Asnières de Veigy

Projet de thèse en Histoire de l'art

Sous la direction de Michel Frizot.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de Ecole doctorale de l'Ecole des hautes études en sciences sociales ED 286 depuis le 11-01-2010 .


  • Résumé

    L'hypothese est la suivante : toute technique deplace l'echelle de notre prise sur le monde, car l'interaction des artefacts techniques avec le milieu physique est d'un autre ordre que la relation de notre corps biologique avec son environnement. la photo-sensibilite d'une pellicule de gelatino-bromure d'argent, par exemple, permet de reperer dans la lumiere des elements invisibles pour l'oeil, tandis que la stabilite d'une epreuve photographique permet de reconstituer dans le temps des configurations devenues inaccessibles pour la memoire. aborder l'histoire de la photographie sous cet angle revient a observer comment l'homme apprivoise (des debuts jusque vers 1880), explore (de 1880 jusque vers 1928), puis exploite (de 1929 jusque vers 1959) et enfin interroge (depuis 1959) l'ecart qui existe entre l'echelle de la perception, de l'action ou de la transmission humaines, et les proprietes de la sensibilite, de l'intervention ou de la mediation photographiques. l'avenement de la photographie apparait des lors comme un moment d'une histoire de la perception qu'il resterait a entreprendre. il s'agirait de faire le point sur ce que l'on peut entendre aujourd'hui par 'echelle humaine'. il s'agirait ensuite de reperer, au fur et a mesure de leurs manifestations historiques, les ecarts sensitifs, cognitifs et ontologiques entre les proprietes de la perception humaine et celles de la perception photographique. enfin, une fois ces ecarts releves, il s'agirait d'observer l'etendue des articulations entre l'experience humaine et l'empirisme photographique, depuis les associations les plus emancipatrices jusqu'aux concurrences les plus traumatiques. l'un des enjeux sous-jacents de cette these est de mieux decrire les postures mentales qui apparaissent dans notre relation a des artefacts techniques, que nous soyons photographe, photographie, montreur ou spectateur de prises de vue. autrement dit de mieux comprendre ce qui distingue 'l'homo faber' de 'l'homo photographicus'.


  • Pas de résumé disponible.