Three Essays in Development Economics

par Florencia Devoto

Projet de thèse en Sciences économiques


Sous la direction de Marc Gurgand.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale d'Économie (Paris) depuis le 15-12-2008 .

  • Titre traduit

    Trois Essais en Economie du Développement


  • Résumé

    Les résumés des trois articles de ma thèse sont présentés à continuation. «LES FEMMES ET LE TRAVAIL : DONNEES D’UNE EXPERIENCE ALEATOIRE A DJIBOUTI» Auteurs : Florencia Devoto, Emanuela Galasso and Stefanie Brodmann. Qu’est ce qui limite l’accès des femmes au marché du travail dans certains pays en voie de développement ? Est-ce le manque d’opportunités de travail ou la prévalence de normes sociales contraignantes ? Nous avons évalué ces deux facteurs en ce qui concerne l’accès des femmes à l’emploi dans un cadre urbain à Djibouti. Dans le cadre d’un programme d’accès à l’emplois, des femmes ont aléatoirement reçu des offres d’emploi. Celles-ci concernaient exclusivement les femmes qui pouvaient choisir d’accepter l’offre d’emploi ou de la déléguer à un autre membre du ménage de leur choix. Les revenus afférents à ces emplois étaient directement payés à la personne ayant travaillé sur un compte bancaire ouvert au nom de cette dernière. Nous observons une augmentation de l’offre de travail féminin de près de 50% : 96% des femmes ont accepté l’offre d’emploi et près de 73% ont choisi de travailler elles-mêmes. Par ailleurs, nous n’observons aucun des effets à long terme auxquels nous nous serions attendus à observer si cette participation accrue des femmes au marché du travail avait modifié les normes sociales qui auraient pu être une contrainte. En effet, si tôt le programme terminé, les femmes qui avaient accepté les offres d’emploi sont retournées à un statut d’inactivité. Ceci tend à indiquer qu’à Djibouti, ce ne sont pas tant les normes sociales qui limitent l’accès des femmes au marché du travail mais plus simplement l’insuffisance d’opportunités d’emploi. «CONDITIONNALITE OU SIMPLE INCITATION ? UN PROGRAMME DE TRANSFERTS MONETAIRES ‘FLECHES’ EN FAVEUR DE L’EDUCATION» Auteurs : Najy Benhassine, Florencia Devoto, Esther Duflo, Pascaline Dupas and Victor Pouliquen. Il a été démontré que les programmes de transfert monétaires conditionnels conduisent à une augmentation des investissements en capital humain. Cependant, certaines de leurs caractéristiques standards (notamment celles liées à la conditionnalité) sont onéreuses à mettre en œuvre. Nous utilisons les résultats d’une évaluation d’impact aléatoire au Maroc pour évaluer les effets d’un programme gouvernemental alternatif, un programme de transferts monétaires ‘fléchés’ : les pères d’enfants en âge de scolarisation dans des communes rurales pauvres reçoivent un transfert monétaire (d’un montant peu élevé) non pas à condition que les enfants aillent à l’école mais avec une simple indication que ce transfert monétaire est un ‘appui à l’éducation’. Nous enregistrons de larges améliorations en termes de scolarisation des enfants. Par ailleurs, le ciblage des mères ou l’introduction de conditionnalité explicite n’a pas d’effet additionnel significatif dans le cadre de l’expérience. Le programme a renforcé l’adhésion des parents à l’idée qu’investir dans l’éducation de leurs enfants en valait la peine, ce qui explique les résultats que nous avons constatés. «ESTIMATION DES EFFETS DU MICROCREDIT SUR SES BENEFICIAIRES : DONNEES RESULTANT D’UNE EXPERIENCE ALEATOIRE AU MAROC» Auteurs : Bruno Crépon, Florencia Devoto, Esther Duflo, et William Parienté. Nous présentons les résultats d’une évaluation aléatoire d’un programme de microcrédit introduit dans certaines zones rurales au Maroc en 2006. Treize pour cent des ménages dans les villages du groupe traitement ont choisi de bénéficier d’un prêt, tandis qu’aucun ménage dans les villages témoins n’a reçu de crédit. Parmi les ménages identifiés comme les plus susceptibles d’emprunter, l’accès au microcrédit a permis une augmentation significative des investissements effectués dans des actifs productifs des activités à compte propre, d’augmenter les bénéfices dérivés de ces activités entrepreneuriales, mais a aussi amené à une baisse des revenus provenant d’emplois dans le secteur informel. Au total, aucune augmentation de revenus ou de la consommation des ménages n’a été observée. Plusieurs éléments suggèrent que ces résultats sont principalement dus aux effets du microcrédit sur les emprunteurs et non à des externalités sur les non emprunteurs.


  • Résumé

    The abstracts of each of the three articles of my thesis are presented below. “WOMEN AT WORK: EVIDENCE FROM A RANDOMIZED EXPERIMENT IN DJIBOUTI” By Florencia Devoto, Emanuela Galasso and Stefanie Brodmann. What keeps women in some developing countries from participating in the labor market? Is it limited job opportunities or limiting social norms? We examined the effects of these two factors on the labor supply decisions of women in urban Djibouti. Women were randomly assigned offers to be employed in a workfare program. The offers were exclusively targeted at women; the work could be performed by any other household member; and the earnings were paid out into a bank account established for the person who performed the work. We find a net increase in labor supply of over 50 percentage points: 96 percent of the women accepted the offers and 73 percent of women performed the work themselves. We observed none of the longer-term effects on labor supply by women that we would have observed if the increases in women’s employment had changed prevailing social norms on women working. Indeed, the women who received the temporary employment offer reverted back to non-participation in the labor market when the program ended. This suggests that, in urban Djibouti, what keeps women from participating in the labor market is not so much deterrent social norms but limited employment opportunities. “TURNING A SHOVE INTO A NUDGE? A “LABELED CASH TRANSFER” FOR EDUCATION” By Najy Benhassine, Florencia Devoto, Esther Duflo, Pascaline Dupas and Victor Pouliquen. Conditional Cash Transfers (CCTs) have been shown to increase human capital investments, but their standard features make them expensive. We use a large randomized experiment in Morocco to estimate an alternative government-run program, a “labeled cash transfer” (LCT): a small cash transfer made to fathers of school-aged children in poor rural communities, not conditional on school attendance but explicitly labeled as an education support program. We document large gains in school participation. Adding conditionality and targeting mothers made almost no difference in our context. The program increased parents’ belief that education was a worthwhile investment, a likely pathway for the results. “ESTIMATING THE IMPACT OF MICROCREDIT ON THOSE WHO TAKE IT UP: EVIDENCE FROM A RANDOMIZED EXPERIMENT IN MOROCCO” By Bruno Crépon, Florencia Devoto, Esther Duflo, and William Parienté. We report results from a randomized evaluation of a microcredit program introduced in rural areas of Morocco in 2006. Thirteen percent of the households in treatment villages took a loan, and none in control villages did. Among households identified as more likely to borrow, microcredit access led to a significant rise in investment in assets used for self-employment activities, and an increase in profit, but also to a reduction in income from casual labor. Overall there was no gain in income or consumption. We find suggestive evidence that these results are mainly driven by effects on borrowers, rather than by externalities.