Centralité du travail et de l’emploi, conflits et résistances dans une entreprise sidérurgique brésilienne

par Flaviene de Carvalho e Lanna (de Carvalho le Lanna)

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Annie Thébaud-Mony.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 15-01-2008 .


  • Résumé

    L’entreprise sidérurgique Gerdau Açominas, située dans l’État du Minas Gerais au Brésil, est le plus grand employeur de la région avec plus de 5 000 travailleurs directs. Construite par le gouvernement fédéral à la fin des années 1970, elle est privatisée dans les années 1990. Dans ce bassin d’emploi édifié autour de l’extraction minière et de la production d’acier se succèdent depuis presque cinquante ans des périodes de forte création d’emplois et d’autres de licenciement en masse. Le syndicat unique des métallurgistes se déclare comme « partenaire » de l’entreprise et œuvre pour la « paix sociale ». Dans un contexte de crise permanente où la menace du chômage est constante, cette étude interroge les éventuelles formes de résistance des travailleurs. L’articulation d’une enquête ethnographique à l’analyse d’une centaine de décisions de la Justice du Travail dans des procès intentés par les travailleurs contre l’entreprise a permis de mettre au jour une conflictualité au travail qui demeure latente et n’éclate pas en affrontement ni en mobilisation collective. Sous une apparente accommodation, les travailleurs développent des stratégies individuelles pour garder leurs emplois et préserver leurs conditions de vie. Les actions isolées au sein de l’entreprise – comme des sabotages ou d’autres résistances ordinaires –, ou à l’extérieur – comme des procès en justice, s’inscrivent comme une forme de résistance diffuse pratiquée en même temps par une multitude d’acteurs fragmentés. L’opposition originelle entre le capital et le travail n’est pas éliminée mais le rapport de forces est reconfiguré – tout en restant très inégal.

  • Titre traduit

    Centrality of Work and Employment : conflicts and Resistance in a Brazilian Steel Company


  • Résumé

    Gerdau Açominas, a steel company located in the state of Minas Gerais, Brazil, is one of the largest employees in the region, with over 5000 employees. Founded by the federal government in the late 1970s, the company was privatized in the 1990s. A large workforce relating to mining and steel production exists, though there have been cycles of both job additions and mass layoffs. The Metalworkers Union declared itself as a “partner” of the company, and striving for “social peace.” Given the atmosphere of permanent crisis where the threat of unemployment is constant, this study examines the possible forms of worker resistance. Workers developed individual strategies to keep their jobs and retain their standard of living. These actions have ranged from sabotage to legal proceedings; when practiced at the same time by a multitude of fragmented actors, these strategies appear as a form of diffuse resistance. Opposition between labor and employers is not eliminated, but the balance of power is reconfigured—while remaining unequal. This ethnographic survey reviews one hundred decisions of the Labor Tribunal in lawsuits brought by workers against Gerdau Açominas, bringing to light latent work conflicts which do not always involve open confrontation or collective mobilization.