Les sociabilités et les réseaux de la technique, en france, au début du xix e siècle. (le cas de la société d'encouragement pour l'industrie nationale)

par Philippe Coepel

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Liliane Pérez.

Thèses en préparation à Paris 7 depuis le 10-10-2010 .


  • Résumé

    Etude des réseaux et des sociabilités, qui, hérités de ceux du xviii e siècle, se sont développés, dans les milieux de la science, de l'industrie, de l'administration, des institutions et du pouvoir, en france, de 1800 à 1833. ces réseaux relationnels et interpersonnels, traversant les régimes successifs : consulat, empire, restauration, monarchie de juillet, ont-ils favorisé de manière déterminante l'essor et les progrès de la technique ? il s'agit d'analyser, au travers des conditions de la création de la société d'encouragement pour l'industrie nationale et de ses premières décennies d'existence, les différents groupes relationnels ayant favorisé la circulation de l'information scientifique et technique entre les savants, les ingénieurs, les techniciens, les industriels et les responsables de l'administration, les hommes du pouvoir. l'influence des différentes institutions sociales ayant facilité la communication entre ces acteurs, comme les sociétés savantes et les académies de province, les différentes écoles d'ingénieurs, l'administration ou les loges maçonniques, très actives durant cette période, les réseaux issus d'expériences communes comme l'expédition d'egypte. il s'agit d'étudier l'incidence de ces sociabilités, l'implication de ces différents réseaux, dans la naissance et l'évolution de la société d'encouragement, en particulier le poids de la maçonnerie. quels furent les réseaux déterminants ? il s'agit aussi d'évaluer le rôle des différents groupes sociaux en matière d'innovation technique, leur action concernant les méthodes de diffusion des savoirs, des pratiques techniques, leur impact sur l'invention et sur le progrès durant toute cette période.


  • Pas de résumé disponible.