Aléatoire biologique entre mathématiques, physique et biologie

par Roberto Cantoni

Projet de thèse en Histoire des sciences et des techniques

Sous la direction de Giuseppe Longo.

Thèses en préparation à Paris 7 depuis le 18-10-2010 .


  • Résumé

    Le concept d'aléatoire est souvent, et de façon erronée, vu comme le contraire du concept de 'déterministe', et cela arrive habituellement dans le cas de la biologie. en réalité, l'analyse de l'aléatoire fait partie de la proposition d'une structure de détermination des processus physiques, notamment dans la dynamique classique, où l'aléatoire équivaut à l'imprédictibilité déterministe, mais aussi dans le domaine quantique, où le concept est lié à la notion très spécifique d'indétermination quantique et de mesure quantique des 'évolutions déterministes de la fonction d'état' (déterminées par l'équation de schrödinger). il n'y a pas encore une théorie « unifiée » de la détermination et des probabilités en biologie : pour être en mesure d'analyser le concept d'aléatoire d'un point de vue épistémique, il serait bien d'avoir un concept d'indétermination biologique, comparable à l'indétermination quantique position/impulsion. c'est-à-dire, d'analyser l'indétermination au niveau du passage d'un espace de référence (un écosystème) à un moment particulier, à celui du moment suivant. ce passage 'contiendrait', ou bien exprimerait, les trajectoires biologiques (phylogénique, ontogénique), qui ne sont que des possibilités dans un écosystème futur. on voudrait alors soulever la question concernant le type d'aléatoire dont on peut avoir besoin en biologie, où des interactions complexes entre différents niveaux d'organisation, notamment dans la phylogenèse, semblent produire des formes d'imprédictibilité encore plus marquées que celles qui sont analysées par les théories physiques ou algorithmiques.


  • Pas de résumé disponible.