Théâtre au Maroc d'anvant l'indépendance à aujourd'hui : enjeux instituionnelles et esthétiques

par Mahmoud Chahdi

Projet de thèse en Arts du spectacle

Sous la direction de Geneviève Jolly.

Thèses en préparation à Strasbourg , dans le cadre de École doctorale Humanités (Strasbourg) depuis le 02-11-2010 .


  • Résumé

    L'absence d'une politique culturelle claire au maroc peut expliquer la rareté des ouvrages qui abordent ce sujet. effectivement, les recherches menées sur ce sujet se sont restreintes à une approche historique limitée à la citation de noms d'artistes et de leurs créations. cette situation a favorisé le fait que le sujet de la politique culturelle au maroc reste lié à des expériences individuelles et non à un mouvement national, qui reflèterait vraiment le choix en matière de politique culturelle du pays. le premier objectif de cette thèse est d'analyser la pratique théâtrale, pensée comme un nouveau phénomène artistique au sein de la société marocaine, né d'une suite logique qui commence par les formes théâtrales traditionnelles, qui ont existé tout au long de l'histoire du maroc et constituent ce que l'on peut appeler l'héritage culturel. dans ce cadre, la politique culturelle qi est un sujet d'actualité sera présentée comme un domaine où les efforts fournis par les artistes militant pour la reconnaissance de leur métier depuis des siècles donnent leurs fruits de par l'engagement de l'etat. celui-ci se traduit à travers des textes de loi et les applications concernant le statut d'artiste et l'organisation du monde artistique, que ce soit au niveau de la création, mais aussi au niveau de la diffusion. artistiqumeent, les expériences menées par les artistes avaient pour objectif de construire une pratique théâtrale qui permet la coexistence de la culture et de l'identité marcoaines ; dans ce cadre, leur but était d'essayer d'adapter des textes d'auteurs étrangers (molière, brecht...) ou de théâtraliser les formes de spectacles populaires (halka, bsate...). les premières pièces théâtrales datent des années 1950, période marquée par l'apparition de la roupe maämoura. après cette expéreince, le nombre des troupes au maroc a augmenté ; parallèlement, les associations ont promu le théâtre pour pallier à l'absence d'un engagement étatique; l'etat s'est investi dans ce domaine par la création du ministère des affaires culturelles géré par bahnini en 1974, ce qui constitut un premier pas pour l'instauration d'une politique culturelle. l'autre pierre portée à l'édifice est la création de l'institut supérieur d'art dramatique et d'animation culturelle le 18 janvier 1985, inaugurant le droit la formation artistique : cet institut s'occupera de la formation, ainsi que de la recherche dans le domaine théâtral. par le biais de l'institut supérieur d'art dramatique et d'animation culturelle, les jeunes marocains avaient la possibilité de choisir le théâtre e tant que métier, octroyant un statut d'artiste symbolique mettant en valeur la formation, en attendant un vrai stutt professionnel...


  • Pas de résumé disponible.