Las lenguas vivas. Zonas del exilio y traducciòn en Manuel Puig

par Delfina Cabrera

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Victorien Lavou et de Erminio Corti.


  • Résumé

    Le projet de thèse s'inscrit dans certaines préoccupations théoriques et critiques actuelles qui explorent les rapports complexes entre la pratique de la traduction, la production/pratique littéraire et l'expérience de l'exil. il se situe entre les déplacements provoqués par la traduction et l'écriture, en faisant référence à la possibilité de leur représentation. la traduction sera abordée au sens large: comme un champ où se tissent les débats sur le langage et la littérature, mais aussi comme une 'interzone' qui remet en question les frontières disciplinaires. spécifiquement, dans ce projet nous approcherons la traduction d'un autre dispositif discursif: les 'écritures de l'exil', car en s'inscrivant dans l'altérité et l'altération ils révèlent l'impossibilité de construire des référents et des identités univoques. nous proposons d'analyser ces problématiques à la lumière de l'œuvre de deux écrivains argentins : Julio Cortazar et Manuel Puig, car les expériences de l'exil et de la traduction fonctionnent comme des pratiques d'écriture centrales dans leurs pratiques narratives.


  • Pas de résumé disponible.