L'animal exemplaire dans l'antiquité grecque : essai de définition.

par Marie-claude Charpentier

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Michel Fartzoff.

Thèses en préparation à Besançon , dans le cadre de ED 38 - Langage, espace, temps, société depuis le 01-10-2009 .


  • Résumé

    Pour les grecs de l'antiquité, l'animal et la fable jouent un rôle particulier : l'animal n'a pas la même fonction selon qu'il est envisagé comme simple miroir de l'homme ou dans sa singularité animale ; de même, la fable n'est pas présentée de la même manière et n'a pas la même portée selon qu'elle est procédé rhétorique inséré dans un texte plus vaste, ou récit complet mettant en scène des animaux (abdi et charpentier 2002). la recherche sur la notion d'animal exemplaire, conduit donc à s'interroger, non seulement sur son rôle dans la rhétorique d'un texte, mais également sur la symbolique qui lui est attachée, en prenant en compte les représentations sociales et religieuses associées aux animaux dans le monde grec : ce qui intéresse dans l'animal, 'c'est ce qui touche à l'homme, l'animal étant conçu comme un instrument de sens' (berlioz et polo de beaulieu 1999). si depuis les travaux de r. delort (1984), l'animal est devenu un champ d'interrogation pour la société et les pratiques humaines, les rapports entre l'animal du quotidien, et l'animal de l'épopée, de la fable ou de la rhétorique, figures d'exemplarité, n'ont jusqu'à présent pas été explorés. en tenant compte à la fois des représentations sociales et des genres littéraires où apparaissent les animaux, on s'interrogera donc sur la notion d' ''animal de civilisation'' (colloque ird, 2007) en se demandant si elle peut s'appliquer – et selon quelles limites – au monde grec antique. en effet, il semble que dans chaque corpus, l'animal à son niveau construit non pas une figure unique mais des figures d'animalité, et il nous appartiendra de dégager la singularité de la notion d'animal exemplaire.


  • Pas de résumé disponible.