Vico et l'humanisme.

par Charles Cledes

Projet de thèse en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Baldine Saint Girons.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Connaissance, langage et modélisation (Nanterre) depuis le 21-10-2009 .


  • Résumé

    Vico construit nécessairement sa philosophie dans le sillon cartésien. lui-même baptise sa façon d'interpréter les faits humains un « art critique ». l'histoire, passée au crible de sa nouvelle « herméneutique », crée et légitime sa « science nouvelle » ; elle lui permet de définir une « raison » originale, de donner une nouvelle dimension à la « vérité » et d'en poursuivre la « critique ». la sagesse vichienne expose ce qu'on pourrait appeler une esthétique politique qui puise dans le droit, la poésie et la philosophie sa fécondité et sa puissance singulière. poète de la diversité des états politiques humains, vico légitime l'usage d'une « raison » qui s'attache à « entendre » comment l'humanité se fabrique, entre l'innommable barbarie et l'étrangeté des relations socio-politiques. l'œuvre complète de vico, explorée dans cette perspective, fournit un art poétique dont les principes peuvent alimenter les réflexions sur nos conduites d'aujourd'hui. du corpus vichien peuvent, en effet, se dégager une ontologie, une métaphysique, une herméneutique linguistique des liens civilisateurs et peut-être même une érotique jurisprudentielle. des affects coopératifs à la fabrique du droit, cette approche de l'œuvre vichienne voudrait démontrer comment, du concept de « poésie » au concept de « jurisprudence », vico commémore, explique et instruit les activités humaines dans leur ensemble.


  • Pas de résumé disponible.