De demokrat parti (dp) à adalet ve kalkınma partisi (akp) : analyse des partis politiques turques en dehors des relations centre - périphérie

par Beyza Cakir

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Azadeh Kian-Thiébaut.

Thèses en préparation à Paris 7 depuis le 14-04-2010 .


  • Résumé

    D'une façon générale, le premier, de deux courants politiques qui orientent la vie politique turque, a été considéré celui qui avait débuté par le İttihat ve terakki cemiyet (itc) et qui est fait durer par cumhuriyet halk partisi (chp), et le deuxième est celui qui a débuté par l'unification de ceux qui étaient opposés au premier autour du teşebbüs-i Şahsi ve adem-i merkeziyet cemiyet'i du prince sabahattin, puis qui avait duré avec demokrat parti (dp), puis adalet partisi (ap), anavatan partisi (anap) et enfin adalet ve kalkınma partisi (akp). cette analyse de la situation est devenue dominante par l'utilisation du chablon des relations « centre - périphérie » d'edward shilis emprunté par Şerif mardin qui est parti par l'hypothèse « la société a un centre » afin de comprendre la société ottomane et turque. selon mardin, pour comprendre une société il existe deux solutions: la société peut être comprise soit en tant qu'une « structure sociale » ou soit en tant que des « relations sociales ». mardin, analyse les clivages dans l'empire ottoman et dans la république de turquie dans le cadre des relations sociales. chez lipset et rokkan, le développement politique de l'europe fut historiquement marqué par trois révolutions successives: nationale, industrielle et internationale. les deux principales révolutions exercèrent leurs effets suivant deux axes conflictuels: fonctionnel et territorial – culturel. la révolution nationale décrit ainsi dans l'axe fonctionnel, le clivage eglise/etat et, dans l'axe territorial – culturel, le clivage centre/périphérie. tandis que la révolution industrielle se traduit dans l'axe fonctionnel, par le clivage possédants/travailleurs, et, dans l'axe territorial – culturel, par le clivage secteur primaire/secteur secondaire. mardin, dans son étude, à la place de « la révolution nationale » met « le processus de modernisation de la société turque » et en plaçant les conflits sociaux sur un axe territorial – culturel, il les interprète comme un clivage centre-périphérie. la naissance des partis, dans la vie politique turque, est considérée dans le cadre de cette clivage. le dp, l'ap, l'anap et l'akp, qui sont définis en tant que des partis politiques de la « périphérie » constituent l'objectif de la présente étude. notre point de départ est le suivant; l'ap, qui a été fondé après la clôture du dp et l'anap, qui a été fondé après celui de l'ap sur le plan chronologique, à tel point y a – t – il une relation de continuité entre ces partis politiques ? en turquie, avec le passage à la vie politique de multipartis, il y a eu des changements radicaux dans la structure sociale et politique et les partis qui se sont créés suite à ces changements ont recyclé la vie politique. a la suite des élections de 1950, l'arrivée au pouvoir du demokrat parti, qui comportait la particularité d'être la continuité des partis conservateurs libéraux qui se sont justifiés face au chp qui était considéré comme la continuité, dans la république de turquie, du İttihat ve terakki cemiyeti qui était le souverain de la vie politique à partir des dernières périodes de l'empire ottoman, avait dégagé le devant d'une nouvelle formation dans la vie politique turque. durant la période qui a suivi le coup d'etat de 1960, plusieurs partis qui se sont qualifiés comme la continuité du dp se sont fondés, mais parmi ces partis, l'ap fût le parti politique le plus marquant dans la vie politique turque. entre ces deux partis, ayant le caractéristique d'être la continuité de l'un de l'autre au point de vue de leur conception et de leur système idéologique, il existe aussi une rupture sur certains plans due à la différence conjoncturelle de leur apparition. la clôture d'ap suite au processus du 12 septembre et par la suite l'apparition de l'anavatan partisi comportent aussi des ressemblances. les différentes querelles entre les classes sociales vers 1980 et les changements des systèmes économiques dans le monde ont provoqué la naissance du coup d'etat du 12 septembre, et ont orienté l'anap, qui a été fondé suite à ce coup d'etat et dans une nouvelle conjoncture, vers de nouveaux points. cette étude, qui analysera la relation de continuité et de rupture entre le dp, l'ap, l'anap et l'akp, sera un effort d'un début de la compréhension des points manquants et des limites des définitions de centre - périphérie en incluant les autres partis qui l'ont suivi. c'est pour cette raison que la relation de continuité et de rupture existante entre les trois partis mérite d'être étudiée.


  • Pas de résumé disponible.