Les relations venezuela-iran (depuis 1999) : un exemple de coopération sud-sud renforcée

par Déborah Caron

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Georges Couffignal.

Thèses en préparation à Paris 3 depuis le 26-11-2009 .


  • Résumé

    Fronde à l'omc (organisation mondiale du commerce) en 2003, coup d'arrêt deux ans plus tard aux négociations entourant le projet alca (aire de libre commerce pour les amériques), les pays du sud manifestent indéniablement ces dernières années une volonté d'affirmation et de reconnaissance sur la scène internationale, perturbant de fait le jeu des puissances qui définissent l'ordre mondial depuis 1945. dans le cadre du travail de recherche proposé, nous aborderons cette reconfiguration du sud sur la scène internationale au travers d'un cas d'étude qui est celui de la relation bilatérale entre le venezuela et l'iran depuis 1999. nous distinguons jusqu'alors deux périodes dans les relations entre caracas et téhéran : la première allant de mars 1999 à août 2004 ; la seconde, toujours en cours, débutant en novembre 2004. deux périodes au cours desquelles les liens tissés répondent à des logiques radicalement différentes. on passe en effet d'une coopération bilatérale essentiellement placée sous le signe de l'or noir, les deux pays convergeant notamment sur la nécessité de dynamiser l'opep (organisation des pays producteurs de pétrole) afin que celle-ci pèse de tout son poids sur le marché pétrolier, à l'établissement d'un véritable partenariat stratégique dont l'objectif avoué est la transformation du système international. cette rupture s'explique principalement par la radicalisation à partir de novembre 2004 des positions de hugo chávez (lancement de la nouvelle étape de la révolution bolivarienne, désormais anti-impérialiste voire à bien des égards clairement anti-américaine), lesquelles concorderont avec celles de l'ultra-conservateur mahmoud ahmadinejad, élu à la présidence de la république islamique d'iran en juin 2005.


  • Pas de résumé disponible.