Les apparences vestimentaires de deux souverains français du siècle des lumières. les garde-robes de louis xv et de louis xvi.

par Marie Chiozzotto

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Dominique Rosselle et de Natacha Coquery.

Thèses en préparation à Lille 3 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord) depuis le 01-10-2009 .


  • Résumé

    Les manières de se vêtir sont une composante essentielle de la société de cour à l'époque moderne. en s'intégrant dans la représentation du rang et dans les concurrences pour les signes du prestige, elles définissent les identités distinctives du prince et du courtisan. pourtant, la culture matérielle vestimentaire curiale, particulièrement en france, est encore à peine explorée. ce projet de recherche s'inscrit dans un vaste chantier en s'intéressant plus particulièrement au domaine fort mal connu des garde-robes des souverains. a partir d'un corpus documentaire jusqu'ici inexploité, conservé aux archives nationales, les mémoires de factures acquittées des fournisseurs de la garde-robe royale, l'étude portera sur les vêtements commandés pour louis xv et louis xvi par le biais des services de la maison du roi dédiés à la vêture. en complétant avec d'autres sources documentaires aussi bien iconographiques, imprimées que manuscrites concernant les institutions curiales et les marchands de la cour, il s'agira d'appréhender les apparences des deux souverains ainsi que le commerce de luxe qui alimentait la 'fabrique' de leur paraître. deux axes de recherche seront ainsi développés. le premier concernera le contenu des garde-robes royales au sens strict et permettra d'en savoir davantage sur la consommation vestimentaire, formes, textiles, motifs, ornements, etc.. le second axe visera à étudier le service de l'institution curiale de la garde-robe, en reconsidérant la place qu'il occupe, son fonctionnement en interne et les relations qu'il entretient avec les fournisseurs. ce projet de recherche abordera les questions de l'identité royale et de son expression dans le milieu curial versaillais, celles du rapport entre celui-ci et le marché du luxe parisien, qui, il faut le rappeler, entretient par ailleurs un réseau international de clientèle qui alimente la réputation de paris comme capitale de la mode dès la fin de l'ancien régime.


  • Pas de résumé disponible.