La violence domestique peut-elle s'expliquer par des facteurs circonstanciels ou culturels ? etude de cas en australie.

par Jessica Colleu

Projet de thèse en Anthropologie

Sous la direction de Pascale Bonnemère.

Thèses en préparation à Paris, EHESS depuis le 02-12-2009 .


  • Résumé

    L'hypothese proposee consiste a envisager la possibilite que les fleaux associes a la violence servent de ‘marqueurs' dans diverses situations sociales qui, une fois conjugues, accroissent le risque auquel les femmes sont souvent confrontees dans la sphere privee. la question est d'autant plus complexe lorsqu'il s'agit de savoir si la presence de la violence est due a un vaste entrecroisement de facteurs culturels ou circonstanciels. il existe actuellement deux types de discours theoriques sur la violence domestique dans les communautes indigenes d'australie ayant propose des interpretations differentes de l'etiologie de la violence privee et alimente la polemique concernant la nature potentiellement violente des peuples autochtones. certains chercheurs affirment que, dans le cas des indigenes australiens, la violence est une part integrante de la culture qui la fabrique et la legitime (sutton 2001 et 2005 ; blagg 2000).ceux-ci pensent que l'univers des valeurs, des normes et des pratiques collectives influence la maniere dont les personnes, sur le plan individuel, interpretent et agissent dans des situations inter-personnelles. d'autres expliquent la violence domestique comme etant la consequence d'une mauvaise integration des populations indigenes et des minorites dans la societe blanche australienne, en partie due a l'histoire coloniale et aux politiques anterieures comme actuelles (coliwshaw 2003). ainsi, l'enjeu de cette recherche est d'etudier comment cette dialectique entre faits culturels et circonstances particulieres s'exprime dans le contexte des violences domestiques a partir de l'exemple d'une communaute aborigene en marge de la societe occidentale.


  • Pas de résumé disponible.