Les cursus binationaux, voire trinationaux - un atout ou un alibi ?assoient-ils leur réputation sur leur dimension interculturelle, qui favorise les compétences, ou est-ce là une illusion interculturelle?

par Anabelle Chumroo

Projet de thèse en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Nicolas Pélissier.

Thèses en préparation à Nice , dans le cadre de École doctorale Lettres, sciences humaines et sociales (Nice) depuis le 04-02-2010 .


  • Résumé

    La thèse, une continuation du mémoire, s'axera sur la transculturalité, l'interculturalité et l'imprégnation des cultures. l'accent portera sur le facteur interculturel des cursus bi-, voire tri-nationaux bilingues proposés par l'université franco-allemande (l'ufa). l'intérêt pour le sujet y est ici multiple : anthropologique, linguistiquement, psycho-sociologiquement, interculturel et européen.les cursus plurinationaux de l'ufa : une nouvelle ère éducationnelle, une valeur ajoutée, une richesse académique, un défi interculturel. face à un étudiant issu d'une formation plus conventionnelle, qui a étudié dans un seul pays, entouré d'étudiants de la même nationalité, dont l'énergie ne s'est pas dispersée en adaptation culturelle, quelles sont les forces de l'étudiant qui lui a fait l'expérience d'une formation européenne bi- ou tri-nationale ? en quoi une expérience interculturelle, européenne renforce-t-elle une formation académique ? le métaniveau, auquel les étudiants de cursus plurinationaux sont amenés à communiquer, ne crée-t-il pas des êtres plus autonomes et des identités culturelles plurielles ? en quoi une dimension interculturelle favorise-t-elle la personne et son embauche ?le corpus sera composé d'un échantillon d'étudiants suivant des formations plurinationales de l'ufa. ceux-ci seront observés, interviewés et feront l'objet d'une observation participante. des entretiens auprès d'enseignants et un panel d'employeurs et un questionnaire auprès d'étudiants suivant un enseignement similaire mais dans un seul pays seront menésen réponse à la problématique émise ci-dessus, l'hypothèse principale présume que les formations plurinationales sont un atout académique et professionnel, qu'étudiants et recruteurs valoriseront. a l'issue de ses études, l'étudiant sera, au niveau identitaire, plus fort, plus européen, et aura appris à se découvrir sous un autre jour. aux yeux d'un employeur, spécialement dans une ère où la mondialisation prend de l'ampleur, la dimension interculturelle des études universitaires et de l'expérience faite à l'étranger sera de grande valeur.(288 mots)


  • Pas de résumé disponible.