Musiques en mouvement : la création musicale des Batucadas brésiliennes à Paris.

par Emilia Maria Chamone de Freitas

Projet de thèse en Musique et musicologie

Sous la direction de Denis Laborde.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de Ecole doctorale de l'Ecole des hautes études en sciences sociales ED 286 depuis le 08-12-2009 .


  • Résumé

    Le present projet de recherche entend etudier les groupes de percussions bresiliennes installes a paris, dont la plupart s'inspirent des trois pratiques musicales bresiliennes carnavalesques, l'ecole de samba, la samba-reggae et le maracatu. la presence bresilienne dans la musique produite par ces groupes, nommes generalement ‘batucadas', se donne a voir dans plusieurs niveaux : musicalement nous la reperons dans le choix de la formation instrumentale de l'ensemble, dans un repertoire de rythmes et de chansons, ainsi que dans une architecture musicale particuliere ; ensuite dans l'activation – construction d'un certain imaginaire bresilien qui reitere des lieux communs qui ont trait a la fete, a la sensualite et a la joie debordante ; et finalement dans l'appropriation d'une gestualite specifique a chaque style musical ainsi que de ses danses, costumes et personnages. dans un recent travail de terrain mene dans le cadre d'un master ii, il a ete possible d'observer que les batucadas parisiennes ne sont pas un simple ‘miroir' des pratiques bresiliennes inspiratrices. cette recherche nous a permis d'entrevoir que le processus de mondialisation vecu par cette musique, notamment depuis les annees 1980, ne s'accompagne pas forcement d'un processus de standardisation des pratiques et des musiques percussives bresiliennes a paris, qui se revelent a leur tour toujours multiples, diversifiees et situees. ainsi, plutot que de nous concentrer sur la tension recurrente entre la ‘fidelite a la tradition' et la ‘creation musicale originale', nous nous proposons de centrer notre analyse sur l'activite musicienne : comment fait-on de la musique bresilienne a paris ? de cette facon, nous nous interessons surtout a la facon dont les individus faconnent une musique dite bresilienne au sein de leur groupe et comment celui-ci s'inscrit dans un reseau de batucadas parisiennes, constitue de multiples personnages, instruments, influences et particularites. notre hypothese de depart est la suivante : la presence croissante de l'enseignement de la percussion bresilienne dans les conservatoires, lycees, ecoles primaires et associations culturelles ainsi que l'etablissement d'un calendrier annuel d'evenements autour des batucadas – pour citer seulement quelques exemples – refletent un processus plus vaste d'institutionnalisation de la pratique de la batucada en france. en utilisant la methode ethnographique dans la construction de notre objet de recherche, nous focaliserons notre attention sur trois etudes de cas precis. ens'batucada, oju oba et muleketu seront les groupes de percussions etudies a travers l'observation participante, la constitution des cahiers de terrains, des enregistrements audios et videos des situations de repetition et de concerts, des entretiens et de l'analyse de l'apparat critique construit autour de ces pratiques (articles de presse, sites internet, blogs, etc.). nous allons egalement travailler sur les cooperations etablies entre des groupes de percussions francais et bresiliens, dans le cadre d'ateliers animes par des chefs d'orchestre bresiliens a paris et sur la realisation des stages des musiciens francais au sein d'un groupe au bresil. cela nous permettra aussi de poser la question de l'appropriation a partir du point de vue de musiciens bresiliens et de comprendre l'action et les dedoublements de la presence des musiciens francais a l'interieur des groupes bresiliens.


  • Pas de résumé disponible.